C’était il y a vingt ans jour pour jour. Un dimanche de votation historique pour les organisations féministes, et l’aboutissement de décennies de débats houleux. Le 2 juin 2002, la Suisse exprimait un grand oui, à 72,2% des voix, à la décriminalisation de l’avortement durant les 12 premières semaines de la grossesse. Une décision inscrite depuis dans le Code pénal suisse. Afin de célébrer le jubilé de cette réglementation appelée «régime du délai», Santé Sexuelle Suisse (SSCH), la faîtière des centres de santé sexuelle, prévoit une mobilisation politique et publique ce jeudi à Berne sur la Waisenhausplatz. Mais l’heure ne sera pas qu’à la fête. L’organisation descend dans la rue pour dénoncer un «climat de stigmatisation» et exiger des changements: «Il y a encore aujourd’hui des grandes difficultés d’accès à l’avortement, ainsi que deux initiatives populaires choquantes d’élues UDC qui visent à le compliquer encore», pose Léonore Porchet, présidente de SSCH.