Jeu vidéo

Super Mario: le jour le plus long, celui où il n’est pas venu

L’internationale qui joue a attendu toute la journée de jeudi l’arrivée de Super Mario Run sur les mobiles d’Apple… Et puis il a finalement surgit dans la nuit

On attendait les cris d’orfraie des Nintendophiles, les élégies des Mario-idolâtres pour qui l’arrivée du petit plombier star des jeux vidéo sur la plateforme d’Apple signifie la fin de son indépendance. On attendait minuit pour voir s’exciter tout ce petit monde connecté qui piaffe pour faire sauter un petit personnage en tapotant sur l’écran de son smartphone.

Lire aussi: En arrivant sur iOS, Super Mario court sur la Pomme

Depuis des mois, Super Mario Run était annoncé jeudi 15 décembre. La sortie étant mondiale, tout le monde a donc calculé son déficit horaire en croyant qu’il serait le premier à télécharger le jeu aux 12 coups de minuit. En Suisse, comme partout ailleurs, on a attendu… et l’on n’a rien vu. De plombier, pas l’ombre d’un tuyau zingué. Ni à 1 heure et pas plus à 10, à 11… Ni à midi.

Pendant ce temps, la twittosphère poireaute, mais reste polie. «Ou es-tu Mario?», s’inquiète Guy B. «C’est le 15 depuis 11 heures», fait remarquer @LimeyVlog, qui commence à trouver le temps un peu long. Alors on poste des GIF’s rigolos où toutes sortes de créature prennent leur mal en patience. Sauf qu’à force, les nerfs s’embrouillent et se mettent en pelote. Comme ceux de @GizouNours, qui tweete franchement ce qu’il pense: «Il serait temps que Super Mario Run soit release. On est le 15. On a tous envie de chier dessus sur Twitter et de le kiffer en secret.» Alors oui, dans la vie, on a les priorités qu’on mérite.

Et puis, d’un coup la catastrophe, le drame. Jake Ayscough qui vit de l’autre côté de l’hémisphère, envoie ce message: «En Australie, le 15 décembre est bientôt terminé. Et il n’est toujours pas disponible.» Panique à bord. Sur les réseaux, les gens ont l’impression de lire le dernier télégramme du Titanic en train de sombrer. Un peu plus tard les Néo-Zélandais, qui sont donc passés au 16 décembre, vont se coucher sans plombier.

S. O. S. La messe est dite. On range les flonflons et les cotillons, on roule en boule les grosses casquettes et les moustaches postiches. La fête à Mario est foutue. @Jfcromp résume la situation: «Nintendo roi du fail (Apple aussi dans ce cas).» Car comme chez Hamlet, là est en effet la question: comment deux poids lourds de l’industrie du divertissement numérique ont-ils pu rater à ce point cette grande sortie? Mystère.

Une situation d’autant plus incompréhensible que Nintendo compte se refaire une santé financière avec ce Super Mario Apple-compatible. Un check-up évalué à 70 millions de dollars rien que pour la première semaine d’exploitation de son jeu phénomène. Mais le Japonais regarde déjà ailleurs. Jeudi, le compte Twitter américain du géant du jeu vidéo faisait de la retape pour sa future console Switch. Et rien sur le pataquès Super Mario.

Les joueurs se font une raison. Ils se rabattent en causant Pokemon GO, pas forcément du Nintendo pur sucre, mais c’est tout comme. D’autant que le jeu des petits monstres cherche par tous les moyens à rester dans les cœurs des gamers. Après la folie de cet été, la fièvre a fini par retomber. Pour coller avec la période, son éditeur, Niantic, veut rendre les parties plus intéressantes avec un Pikachu de Noël flanqué d’un bonnet rouge à pompon blanc.

«La sortie de Super Mario Run, c’est comme Pokemon GO, ça met tellement de temps à arriver qu’au final, on se demande si ce jeu n’est pas un mythe» questionne @Qcastelas. Depuis jeudi, l’Arlésienne débouche des tuyaux.

Publicité