Au moins autant que de saveurs, la cuisine est une histoire de racines, de voyage, d’identité, de partage. Jusqu’à l’été, «Le Temps» vous propose une série de portraits de professionnels de la gastronomie qui ont quitté leur pays d’origine, ou dont la famille a émigré pour s’établir en Suisse.

Episodes précédents:

Anastasiia Vorger, l’Ukraine dans l’assiette

Irina Vicidomini-Zukova, des bords de la mer Caspienne au marché de Fribourg

La Bohème à Bienne, un restaurant familial et libanais loin des siens

• Dahlak, un îlot érythréen au cœur d’Yverdon-les-Bains

Arepa Republic, des saveurs vénézuéliennes qui sillonnent Genève

C’est la seule échoppe de la vaste place Scanavin, et pourtant elle parviendrait presque à la combler tant les va-et-vient y sont ininterrompus. Ce jour-là, par 29°C, descendre les trois marches qui séparent la terrasse du comptoir équivaut à quitter un brasier pour en retrouver un autre: Le Syrien s’est mué en four dans lequel Ahmad Nazem Badawi s’agite, tablier blanc vissé au corps.