Il existe deux sortes de gens: ceux que l'on croise tous les jours dans la vraie vie, et les autres, les gens du show-business. Ces derniers, on les reconnaît généralement à deux choses: la présence à l'un de leurs côtés d'un malabar en costume et, de l'autre côté, celle d'un enfant affublé d'un prénom qui ne figure dans aucun almanach: Talulah Belle et Scott Larue (Bruce Willis), Lili Rose (Vanessa Paradis), etc.

Après avoir baptisé sa fille Lourdes, Madonna a donné à son second enfant, venu au monde vendredi, le prénom de Rocco. Rocco? Cela sonne mieux que «Saint-Jacques-de-Compostelle», certes, mais l'on ne peut s'empêcher de se demander à qui la chanteuse américaine a voulu faire référence. Quel cadeau de naissance la star a-t-elle déposé dans le berceau de son fils?

A-t-elle voulu lui offrir la beauté de Rocco (sans ses frères), incarné par Alain Delon? A-t-elle plutôt voulu lui faire don de la virilité de Rocco Sifredi, tout entier incarné dans son appendice caudal?

Ou tout simplement s'agit-il, comme nous le suggérait hier le professeur Willy Pasini, d'un retour aux sources: «Rocco est un prénom du sud de l'Italie, un prénom sicilien, comme l'est Madonna. Elle n'a certainement pas fait référence à l'acteur dont vous parlez. Le vrai cadeau empoisonné aurait été de l'appeler Jésus», dit-il. N'ayant pu joindre Madonna par téléphone, cette question, «Pourquoi Rocco?», restera sans réponse…