AScarabée ou guirlande sur le bras. Serpent, idéogramme chinois ou papillon dans le creux des reins. Les Suisses sont, de plus en plus, adeptes du tatouage éphémère, réalisé rapidement sur le site d'un festival d'été, sur des plages ou des marchés. Ces décorations passagères, notamment celles au henné sombre, peuvent provoquer de graves allergies lorsqu'elles sont faites sans surveillance sanitaire. L'Office fédéral de la santé publique mettait en garde lundi contre ces décorations, notamment celles au henné noir, qui peuvent provoquer de graves allergies, et invite les consommateurs à consulter rapidement en cas de réaction cutanée.

Les dermatologues pointent du doigt la paraphénylènediamine (PPD) qui donne au henné sa couleur sombre. Le henné nature, rouge-orangé, ne présente quant à lui pas de risque, mais il demande plusieurs heures pour être appliqué.

L'OFSP rappelle que les couleurs qui contiennent de la PPD sont des produits cosmétiques illégaux, que la Suisse et presque tous les Etats membres de l'Union européenne ne tolèrent que dans les teintures capillaires.

La paraphénylènediamine peut déclencher de fortes réactions cutanées qui nécessitent parfois une intervention médicale urgente, voire une hospitalisation. Au point que le comité d'experts pour les produits cosmétiques du Conseil de l'Europe a jugé nécessaire, en juin, de mettre en garde la population. La Suisse fait de même aujourd'hui.

Conséquences graves

Depuis 1999, les dermatologues et allergologues constatent un accroissement du nombre de personnes souffrant d'eczéma de contact, réaction qui peut apparaître jusqu'à dix jours après l'application d'un henné. Les enfants et les jeunes sensibilisés à la PPD doivent compter avec des conséquences à long terme, comme des polysensibilisations permanentes vis-à-vis des caoutchoucs et des colorants textiles.