Dès la mi-septembre, le panier de la ménagère se garnira de produits de consommation courante jusqu'alors réservés aux magasins spécialisés. Entre les choux, les betteraves et les tubes de pâte dentifrice, des cartes SIM et des téléphones mobiles seront vendus dans les deux plus grandes enseignes de Suisse. Dimanche, Coop a annoncé une collaboration avec Orange. Hier, c'est Migros qui officialisait le lancement de son offre M Budget Mobile dont tout l'aspect technique sera assuré par Swisscom. Des téléphones au milieu des légumes, les distributeurs helvétiques n'inventent rien: aux Etats-Unis et en Allemagne notamment, les consommateurs ont pris l'habitude de causer téléphonie avec les caissières. Mais avant l'arrivée de ceux que l'on appelle des hard discounters (Aldi, Lidl), il est bon d'élargir sa gamme de services, semblent penser les deux géants de la grande distribution. Les opérateurs téléphoniques, eux, anticipent le lancement d'offres nationales de leur casseur de prix à eux, Tele2.

CoopMobile (soit une carte SIM et un téléphone à choisir entre trois modèles) sera disponible dans toutes les enseignes Coop. La carte à prépaiement sera rechargeable aux 6000 caisses du distributeur bâlois. Les points accumulés sur la carte de fidélisation Coop pourront être convertis en minutes de conversation. Les plus grands magasins Migros vendront le téléphone, un modèle M Budget annoncé pour le 13 septembre. La carte à prépaiement sera rechargeable dans les mêmes points de vente ainsi que dans les stations d'essence Migrol. Les crédits de communication pourront par ailleurs être rechargés via le site internet www.m-budget-mobile.ch.

«Les chances de succès de ces deux offres dépendront de ce que les opérateurs n'ont pas encore communiqué: les tarifs.» Didier Divorne, animateur du site spécialisé www.allo.ch, suit l'évolution de la téléphonie mobile depuis trop longtemps pour s'enflammer. Selon lui, «Orange et Swisscom ne sont pas assez fous pour scier la branche sur laquelle ils sont assis. Les offres qu'ils lancent avec Coop et Migros ne seront pas terriblement moins chères que celles qu'ils proposent eux-mêmes.» Tout en assurant qu'ils seront bas, Migros et Coop se refusent à dévoiler actuellement leurs tarifs.

Avec une offre Natel Easy (cartes à prépaiement) qui va de 1,29 franc à 99 centimes la minute contre 59 centimes chez Orange, c'est chez Swisscom que se trouve le réservoir de consommateurs les plus susceptibles de quitter leur opérateur pour les offres Migros et Coop. «Il est vrai qu'en nous associant à Migros, nous prenons le risque de voir certains de nos clients nous quitter, concède Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom. Mais nous sommes convaincus que la force de la marque M Budget, synonyme de qualité et de bas prix, va en convaincre d'autres.»

Didier Divorne prédit que les offres Coop et Migros pourront avoir un effet important sur les autres opérateurs «si les tarifs des deux distributeurs sont inférieurs à ceux de Yallo, actuellement les plus bas, avec 49 centimes la minute». «Nous sommes deux partenaires forts, réplique Urs Peter Naef, porte-parole Migros. Si nous n'étions pas convaincus de gagner chacun de l'argent dans cette association, croyez bien que nous ne nous serions pas réunis.»

A Migros, la téléphonie est une nouvelle déclinaison de la marque M Budget. Du lard fumé au surf des neiges en passant par les soirées branchées, la signalétique verte de cette gamme à prix réduits propose un nombre grandissant de produits. C'est justement en interrogeant les participants aux soirées M Budget que Migros a validé son idée de pénétrer le marché de la téléphonie mobile.

Les annonces de Migros et de Coop insistent sur la simplicité d'utilisation de leurs offres. «C'est un argument qui se veut rassurant, tempère Didier Divorne. Les téléphones comptent des fonctions toujours plus nombreuses alors que 90% des gens se contentent de téléphoner et d'envoyer des SMS. S'entendre dire qu'un portable correspond exactement à cela, ça rassure.»