Editorial

Le téléphone, nouveau défi de l'école

Le téléphone portable envahit l’école. Il faudrait plutôt que l'école investisse le téléphone. Et que les parents se civilisent

A l’école, les petits écrans connaissent des destins bien différents. La tablette, comme l’iPad, a fait l’objet de multiples expériences, dans les établissements privés comme publics, et sa pertinence pédagogique ne semble plus mise en cause. La question porte plutôt sur les modalités et l’intensité de son usage.

Perçu comme bien plus utile dans la vie quotidienne, le téléphone intelligent, lui, sème l’inquiétude voire la panique. Ces petits ordinateurs de poche connectés – la fonction de téléphonie devient mineure, elle rassure les parents – bousculent l’ordre scolaire. Omniprésence des micro-messageries genre Whatsapp, fascination du flux d’image façon Snapchat, foisonnement d’applications déroutantes: l’hystérie technologique entre dans l’école, non sans dégâts.

Lire notre dossier: Smartphone à l’école, faut-il le bannir ou s’en servir? 

Le malaise des enseignants est compréhensible. Entre le constant échange de messages, la discrète prise d’images, voire l’aide à la triche, les téléphones posent des difficultés inédites. Ceci, dans un contexte marqué par des faits divers tragiques tels qu’un suicide d’ado auto-filmé en direct sur Periscope.

Les professeurs ont des raisons de s’inquiéter. Cependant, ils sont en première ligne pour trouver les solutions, avant les directions d’établissements ou les administrations de tutelle. Plusieurs enseignants le disent, l’exclusion des appareils dans l’espace scolaire est absurde. Collecter les téléphones à l’entrée du collège, voire brouiller les réseaux, se révèle non seulement insensé, mais contre-productif. C’est sanctuariser l’école à l’excès, placer le gadget perçu comme le plus indispensable de la vie moderne dans un vortex infondé.

Il faut apprendre à l’utiliser au mieux, dans la classe comme dehors. Des professeurs racontent leurs essais, réussis, en maniant l’outil numérique nomade, par exemple en y recourant pour multi-diffuser des éléments de cours. Aujourd’hui, le téléphone mobile envahit l’école. Le défi est d’inverser le mouvement, que l’école investisse le portable, avec la sagesse qui lui est propre. Et en ordonnant, quand cela s’impose, d’éteindre le bibelot.

Comme souvent, l’école représente une magnifique métaphore de sa société. La question du téléphone illustre des défis qui dépassent le préau: la nécessité de règles à la fois pragmatiques et clairement formulées, le défi de l’innovation et la quête d’une sérénité collective. Les jeunes pépient avec leurs mobiles, mais ceux-ci les racontent, eux et leurs familles. Car là aussi, les parents ont un rôle au moins aussi important que celui des enseignants. Le comportement avec son portable n’est pas seulement une affaire d’écoliers. Arc-boutés sur leurs écrans, les adultes n’ont toujours aucune leçon à donner, en matière de muflerie sociale.

Lire aussi: «Pour les adolescents, un téléphone portable c'est avoir le monde dans les mains»

Publicité