Polémique

Des témoignages accablants contre Michael Jackson

M6 montre jeudi le documentaire «Leaving Neverland», dans lequel deux hommes affirment avec beaucoup de précision avoir été abusés par la star pendant des années. Vives réactions aux Etats-Unis

Diffusé en deux parties sur HBO aux Etats-Unis, Leaving Neverland donne le ton dès les premières secondes. Deux hommes, James Safechuck et Wade Robson, affirment, avec moult détails, parfois très crus, que Michael Jackson a abusé sexuellement d’eux pendant des années quand ils étaient enfants. Troublant, le documentaire, qui passe ce jeudi sur M6, démontre surtout le système mis en place par la star pour se protéger et éloigner les enfants de leurs parents.

A ce sujet: «Leaving Neverland»: les deux accusateurs de Michael Jackson se confient chez Oprah Winfrey

Dépeint comme un prédateur sexuel manipulateur

Leaving Neverland provoque autant de malaise qu’il soulève de questions. Comment expliquer que les familles aient pu être aveuglées à ce point par l’étrange amitié entretenue par la star avec leurs enfants? A quel point la générosité extrême de Michael Jackson a-t-elle contribué à faire oublier ce qui se passait derrière les portes fermées?

Les réactions sont doubles: horrifiés par l’image dévastatrice collée à leur idole qu’ils veulent intouchable, des fans sont montés au créneau pour défendre sa mémoire et accuser le documentaire d’être un tissu de mensonges. Ils rappellent que d’autres garçons qui gravitaient autour de Michael Jackson, dont l’acteur Macaulay Culkin, ont toujours nié avoir subi des attouchements ou pire. Par ailleurs, si la star a déjà été accusée de pédophilie, elle n’a jamais été condamnée. En 1994, une première plainte avait été classée à la suite d’un arrangement financier de 23 millions de dollars.

«Un assassinat posthume»

La famille du chanteur s’est empressée de son côté de dénoncer un «assassinat posthume». Elle a saisi la justice pour réclamer 100 millions de dollars à HBO. A l’inverse, le malaise provoqué par le documentaire du Britannique Dan Reed est tel – les témoignages, très précis et accompagnés d’enregistrements vocaux et de fax, dépeignent Michael Jackson comme un prédateur sexuel manipulateur – que des marques ont décidé de réagir. Vuitton vient par exemple d’effacer les références à la star dans sa dernière collection. Au Québec, des chaînes de radio ont retiré des chansons de leur programmation. Les producteurs des Simpson ont décidé de leur côté de supprimer un vieil épisode où le chanteur avait prêté sa voix.

Pourquoi James Safechuck et Wade Robson sont-ils restés silencieux aussi longtemps? Les deux hommes de 41 et 37 ans se sont confiés à la présentatrice Oprah Winfrey lors d’un événement lié à la sortie du documentaire, devant un public composé de victimes d’abus sexuels. Ils étaient sous son emprise mentale, disent-ils, éprouvant une forme de culpabilité parce qu’ils l’ont toujours adulé. En 2005, Wade Robson avait témoigné en sa faveur et Michael Jackson a été acquitté des accusations d’abus sexuel portées par un autre enfant. «Je l’ai fait parce que si j’avais remis en cause Michael et mon histoire avec lui, il aurait fallu que je remette en cause toute ma vie», dit-il.

Un «mariage secret»

James Safechuck est apparu dans une publicité de Pepsi en 1986 avec le chanteur. Quant à l’Australien Wade Robson, devenu chorégraphe, il avait gagné un concours de danse à l’âge de 5 ans, où il imitait Michael Jackson. C’est ce qui lui a permis de le rencontrer pour la première fois.

La méthode décrite par les deux hommes est identique. Il y a d’abord le rapprochement, puis les invitations régulières, les heures de téléphone quotidiennes, l’éloignement des parents après avoir tissé des liens forts avec eux, les tournées, les attouchements et les actes sexuels, toujours plus poussés. Michael Jackson leur offrait du rêve et de la démesure; fascinés, les enfants avaient des étoiles plein les yeux. «Quand nous entrions dans un magasin, il nous disait de mettre tout ce qu’on voulait dans le caddie», souligne James Safechuck. Malgré les abus, tous deux se sont sentis abandonnés quand d’autres garçons ont pris leur place de «meilleur ami».

Lire aussi: Québec: plusieurs chaînes de radio retirent les chansons de Michael Jackson de leur programmation

Un homme-enfant souvent en pleurs

Dans Leaving Neverland, les mères décrivent Michael Jackson, décédé en 2009, comme fragile et souffrant de solitude. Un homme-enfant pleurant souvent et capable en même temps de s’extasier devant des choses simples. «Il était comme un fils pour moi. Quand il venait passer la nuit à la maison, je lui lavais ses habits», dit l’une d’elles. C’est pour cette raison que les familles, le voyant comme un gosse qui s’est bâti tout un univers d’enfant dans son ranch californien ressemblant à un parc d’attractions géant, assurent ne pas avoir pu s’imaginer que des actes répréhensibles se passaient à l’abri de leurs regards. C’est du moins leur ligne de défense. Avec sa fragilité et sa douceur, Michael Jackson incarnait l’innocence même.

De longues années de silence, de mensonges et de dépression

Interviewés séparément et très longuement, les deux accusateurs, tout en restant très dignes, n’omettent aucun détail. James Safechuck, qui a reçu une sorte d’alliance sertie de diamants lors d’un «mariage secret» avec le chanteur, va jusqu’à dire que Michael Jackson aurait avoué lui avoir fait une fellation pendant qu’il dormait. Wade Robson raconte notamment les films pornos qu’il a été contraint de regarder avec la star.

Et cet épisode: «Un jour, il a pratiqué du sexe anal sur moi. J’avais mal, je ne voulais pas. Mais il a continué en disant que j’allais aimer.» Michael Jackson a eu un impact sur leur vie de famille. Wade a quitté l’Australie avec sa mère et sa sœur pour venir vivre à Los Angeles. Son père était contre. Devenu bipolaire, il a fini par se donner la mort.

James Safechuk et Wade Robson sont tous deux devenus pères. C’est leur paternité qui les a poussés à s’ouvrir face à leurs familles et compagnes après de longues années de silence, de mensonges et de dépression. A aucun moment, ils ne nient l’admiration et la profonde amitié qu’ils éprouvaient pour Michael Jackson. Michael Jackson leur a fait croire qu’ils étaient importants. Il leur a fait croire que Dieu dictait leur «amour». Désormais, Leaving Neverland risque de bousculer à nouveau leur vie.

Publicité