Résumé: «Le chacal» pense décrocher le jackpot avec sa nouvelle émission radiophonique «Sana-Story», un dérivé de «Loft Story» jouant sur des réductions d'assurances. Il lui reste à trouver des participants à la hauteur de ses espérances.

Déjà deux candidats pour le Sana-story. Liliana la nymphomane et Jakob la vache folle. Une dingue célèbre et un obsédé de l'hygiène. Restait à trouver un alcoolique grave et un type au bénéfice de l'assurance invalidité, cas de figure qui, pour le chacal représentait la pire race d'assisté. Des glandeurs à vie. Il ne savait pas trop où chercher et il fallait faire vite. Il était en train d'essayer de rédiger dans sa tête une sorte de contrat qui promettait au candidat une prime d'assurance maladie dégressive s'il tenait plus d'une semaine. Il fallait installer des paliers dans le suspense télévisuel. Par exemple, première semaine: diminution de la franchise. Deuxième semaine: réduction de prime de 10%. Troisième semaine: Une prime d'assurance vie de 10 000 francs. De toute manière, aucun de ces tordus ne tiendrait trois semaines. Il fallait qu'il téléphone à Ray pour voir jusqu'où il était prêt à se mouiller. Ray était un brave type, mais pas très fut-fut. S'il n'arrivait pas à le convaincre, il faudrait qu'il invite la vieille Astrid à manger au Coréen, et qu'il lui explique qu'elle avait intérêt à persuader Ray, pour son bien et pour le bien de son grand dadais de fils. C'est Ray qui se saignait aux quatre veines pour les faire bouffer, lui et elle, depuis des années. Il fallait qu'il lui fiche la trouille. Le chacal tournait en rond dans son appartement en se demandant quoi faire, par exemple, si «Jakob la vache folle» résistait, et refusait d'avaler quoi que ce soit. Ça tournerait à la grève de la faim et ça ferait augmenter le taux d'écoute. Mais il faudrait éviter à tout prix que Jakob lui claque dans les mains en direct. Le chacal ouvrit une boîte de thon, ce qui le fit immédiatement penser à Liliana. Il prit une fourchette, et se mit à manger à même la boîte en émiettant le thon avec délectation. Ensuite il alluma la radio.

Bienvenue àà Je vous écoute. Parlez, parce que je vous écoute…

Ouais c'est David. David de l'institut médico-légal.

Bonsoir David. Quoi de neuf?

C'était cet imbécile d'Ulysse et son émission larmoyante. Le chacal ouvrit une bouteille de Sinalco et de rage, se versa un grand verre qu'il but d'un trait…

Je vous l'ai dit l'autre jour. Je veux posséder une femme.

Vous en avez déjà une, avec un charmant petit garçon, non?

Ouais. Elle est aux Philippines. Si on ne me donne pas une grosse qui reste tranquille, je vais être obligé de me taper une morte. Et je vais perdre mon boulot.

David, qu'est-ce que vous avez bu ce soir?

De la bière avec du cognac dedans.

Combien?

Je sais pas. Au début je demandais une bière et un cognac, mais à la fin les deux en même temps, parce que j'suis pas une tapette.

Vous savez David, je crois que vous êtes un bon professionnel.

Ouais j'crois aussi. Personne découpe aussi bien que moi.

...Et je crois que vous serez d'accord avec moi si je vous dis qu'il ne faut pas mélanger les sentiments et le travail.

Ça j'suis d'accord.

Bien. Il y a des tas de filles charmantes qui seraient sûrement d'accord de rester tranquilles si vous y mettez la manière. On appelle ça des filles virtuelles. Il y a des sites sur le Net avec toutes sortes de filles qui restent tranquilles quand on les met sur «pause». Vous avez le Net?

J'ai le quoi?

Internet, vous êtes connecté?

Pas qu'je sache. J'comprends rien à c'que vous dites. Vous faites partie des services secrets bulgares ou quoi?

Non, je vous assure que non.

Alors vous travaillez à la poste?

Non plus. Bien. Je vais vous expliquer tout ça hors antenne. Avant de nous quitter, vous voulez dédicacer un disque à quelqu'un?

Mais j'veux pas vous quitter!

Juste le temps de changer de téléphone… Un disque? Pour quelqu'un?…

Ouais… Alors pour moi de ma part. Je voudrais «la p'tite Charlotte» d'Henri Dès. Vous savez…«Panpanpan qui est là? C'est la p'tite Charlotte…»

Le chacal faillit s'étrangler avec une vieille cerise au kirsch. Il avait trouvé son candidat alcoolique. Le mélange avec Liliana serait tout à fait détonnant. Il coupa son poste de radio, décrocha son téléphone et appela Ulysse au studio.

Bienvenue sur "radio Bienvenue…" Afin de faciliter le tri de vos appels, nous vous avons connecté sur une bande enregistrée. Si vous voulez parler à notre service de relations publiques, pressez sur la touche 1. Si vous voulez parler à un de nos collaborateurs, pressez sur la touche 2…

Le chacal pressa sur la touche 2.

Vous avez pressé sur la touche 2. Notre service est momentanément surchargé. Si vous désirez être connecté à un autre service, pressez sur la touche 5.

Le chacal pressa sur la touche 5.

Bienvenue àà «radio Bienvenue…» Vous avez pressé sur la touche 5. Si vous désirez des renseignements en allemand, pressez sur la touche 7, si vous désirez des renseignements en français, pressez sur la touche 8…

Le chacal pressa sur la touche 8. Il calcula que la communication avec son propre employeur lui avait déjà coûté 4 francs cinquante.

" Welcome at «Radio Welcome…» If you want to be connected with someone…

Il boucla son caquet à cette voix de pétasse, prit sa veste et sa sacoche de cuir et sortit en claquant la porte.

(A suivre)