La crise sanitaire a exacerbé le besoin de partager son point de vue sur l’état de notre société. Le Temps accueille une part de cette parole angoissée ou enthousiaste sur le présent et notre avenir. Des centaines de courriels, expéditifs ou soigneusement argumentés, ont rempli ces derniers mois la boîte de réception d’«Hyperlien», notre projet participatif. Une tendance saine: faire vivre le débat public est l’une des raisons d’être d’un journal.

Face à l’afflux de messages, il est toutefois impossible d’offrir une place à chaque contributeur ou contributrice dans le journal papier. Des voix se perdent avec le format traditionnel du courrier des lecteurs. Ce constat renforce notre conviction: nous devons offrir un forum où puissent s’exprimer des avis pluriels sur l’actualité. Nous sommes donc heureux d’annoncer l’arrivée des commentaires sur notre site. L’idée remonte aux premières discussions sur le lancement d’«Hyperlien» mais il a fallu plus d’un an et une crise sanitaire mondiale pour qu’on franchisse le pas. Enfin, diront certains.

Une ouverture partielle

Un espace dédié aux contributions est disponible sous certains articles. Pourquoi une sélection d’articles seulement? Cette ouverture partielle permettra à notre rédaction de répondre au mieux à vos interrogations et de maintenir la qualité des échanges, ce que nous ne pouvons promettre sous tous nos contenus.

Dès aujourd’hui, vous avez la possibilité de partager votre analyse, de raconter une expérience personnelle en rapport avec le sujet traité, de signaler la présence d’une coquille ou de poser une question à l’auteur de l’article. Nous sommes convaincus qu’un dialogue constructif est possible. Pour éviter un pugilat, la discussion doit se fonder sur les principes de véracité et de respect. Nous avons ainsi élaboré une charte de modération des commentaires, à la disposition de tous. Elle précise, en quelques points, les règles à respecter. Toutes les opinions sont les bienvenues, tant que le propos respecte les limites fixées par la loi.

Vos contributions représenteront une formidable matière pour notre rédaction. Il est possible que des idées de sujets surgissent au détour d’une phrase ou que des réflexions éclairantes se trouvent mentionnées dans nos contenus. Vos interpellations sur le traitement d’une actualité pourront également faire l’objet d’un article dans le cadre de notre initiative Hyperlien. Expliquer nos choix éditoriaux favorise la transparence, une nécessité dans cette période marquée par le doute. Nous nous réjouissons de découvrir vos premiers textes. A votre écoute, notre journal s’emploie à refléter au mieux les préoccupations profondes de la société. L’espace dédié aux commentaires est le vôtre. Empoignez-le.


Comment ça marche?

Pour publier un commentaire, la procédure est simple:

  • Il n’est pas nécessaire d’être abonné pour participer à la discussion, mais vous devez disposer d’un compte sur le site du «Temps».
  • Chaque article ouvert aux contributions extérieures est accompagné d’une petite icône verte, glissée au niveau des boutons de partage des réseaux sociaux, et d’un bloc dédié en pied de page.
  • Une fois publié, votre commentaire est immédiatement visible par les autres lecteurs.

Les quatre points principaux de la charte

Pour que chacun puisse s’exprimer sereinement, nous avons fixé quelques règles qui régissent la modération des commentaires:

  • Les modérateurs suppriment les messages diffamants, insultants, haineux ou contraires à la loi suisse d’une quelconque autre manière
  • Les modérateurs suppriment les messages hors sujet ou non argumentés, ceux-ci risquant de détériorer la qualité des débats. Aucune attaque ad nominem n’est tolérée, pour cette même raison
  • Les modérateurs suppriment les messages pouvant être considérés comme du spam.
  • Les modérateurs peuvent exclure les utilisateurs qui postent systématiquement des commentaires entrant dans les catégories ci-dessus. Ils se réservent le droit de poursuites légales lorsque la situation l’exige.

Lire l’intégralité de la charte


Cette initiative vous interpelle? Faites-nous part de vos remarques ou posez vos questions dans les commentaires. Nous tâcherons d’y répondre.