Légende. Nom féminin désignant un récit à caractère merveilleux, où des faits historiques sont transformés par l’imagination populaire. De ces inventions poétiques naissent parfois des superstitions. Amatrice de traditions et de légendes en tout genre, notre chroniqueuse vous propose un tour des légendes romandes.

Episode précédent: Dans le Jura, il ne faut pas réveiller la Fille de mai

Ma chère mère m’a toujours appris à tout interpréter au plus positif. Pensée à l’extrême, cette philosophie la conduisait à affirmer que marcher dans une déjection canine n’était qu’un mal pour un bien, une sorte de chemin vers un heureux événement à venir, ou encore qu’une fiente de pigeon larguée sur une épaule ne pouvait être que de bon augure. De quoi me laisser perplexe et m’interroger sur la corrélation entre événements malencontreux et bonheur soudain. Fort heureusement, les histoires populaires m’ont appris que la chance pouvait puiser son origine dans des événements fortuits a priori indéchiffrables tels que trouver un trèfle à quatre feuilles, s’embrasser sous du gui ou encore tremper sa main dans une fontaine valaisanne.