La rave en plein air «Zoom 2000» s'est tenue en bordure de forêt, non loin du zoo de Zurich. C'est là que Roger Liggenstorfer, responsable de l'organisation Eve & Rave en Suisse, a effectué toute la nuit des tests express gratuits sur le contenu des pilules en circulation. Un procédé permettant de distinguer les pilules thaïes, appelées aussi jaba, des comprimés d'ecstasy, moins dangereux.

Vendredi encore, Roger ne savait pas si la police l'empêcherait ou non de venir planter sa tente. «Les drogues sont illégales et quiconque ira les faire tester chez Eve & Rave doit savoir qu'il peut être arrêté», avait expliqué Nicole Fix, responsable de la communication auprès de la police de Zurich. Mais les forces de l'ordre ont fermé les yeux.

Eve & Rave est une organisation privée, créée il y a cinq ans à Berlin et quatre ans en Suisse.

Cela fait vingt ans que Roger, d'origine soleuroise, travaille sur la thématique de la drogue et seize ans qu'il publie Nachtschatten, un feuillet d'information. Arrêté par la police au début des années 80 pour avoir publié un livre sur la culture de la Marijuana, il avait écopé de trois semaines de prison. «Ce serait ridicule si la police venait nous arrêter ce soir. J'espère qu'ils auront mieux à faire», confiait-t-il avant la soirée.

Contacté dimanche après-midi, il s'est dit ravi: 35 pilules ont été testées entre 22 heures et 3 heures du matin. La plupart contenaient de l'ecstasy. Seules 3 ou 4 d'entre elles ont révélé des mélanges de métam-phétamines; mais aucune pilule thaï dans le lot.

Selon le communiqué de la police dimanche, mille pilules d'ecstasy, 30 grammes de cocaïne, 20 grammes d'amphétamines, 120 grammes de hachisch et 173 pilules de LSD ont été saisies.

A.N.