Elle s’appelle Taylor Bright, vit à Los Angeles et, à 17 ans, son compte TikTok affiche déjà 139 000 fans et trois millions de cœurs pour ses contenus vidéo. Elle ne réalise pourtant aucune chorégraphie spectaculaire, ni de karaoké déguisée, ou tout autre performance qui vaut au réseau social son succès actuel auprès des adolescents. Son credo? Les ravages de la fast fashion. Face caméra, dans un débit mitraillette pour balancer le plus d’informations possible en soixante secondes – le format maximum autorisé sur TikTok – la jeune fille égrène les méfaits de la mode, par thématiques: «Qu’arrive-t-il aux vêtements donnés?», «Où vont les retours en ligne?», «Où se procurer un jean durable?». A 17 ans, elle en connaît un rayon sur le coût environnemental de nos placards.

Shelbi, alias Shelbizleee, fraîche vingtaine et détentrice d’un diplôme en sciences de l’environnement, s’est quant à elle spécialisée dans les vidéos sur les nuisances des déchets, afin de prodiguer «les connaissances nécessaires pour faire de la durabilité un objectif accessible».