Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d'illustration
© DADO RUVIC

Sur les réseaux

Le «timeline friendly» de retour sur Facebook

Après avoir longtemps privilégié les contenus externes, Facebook favorisera à nouveau les publications d’amis et de proches, comme à ses débuts

Nouveau changement dans le fil d’actualité de Facebook. Après avoir longtemps mis en avant les contenus tiers – tels que les pages sponsorisées ou les sites d’informations – le géant bleu fait marche arrière et revient aux fondamentaux qui ont fait son succès. Dans un communiqué diffusé ce mercredi, le numéro un des réseaux sociaux explique vouloir à nouveau privilégier les publications personnelles d’amis ou de proches. Un revirement qui intervient au moment où Snapchat a, lui, choisi de miser sur la publicité en s’alliant avec différents annonceurs triés sur le volet.

Lire aussi: Facebook est-il toujours aussi social?

Il faut dire que ces derniers temps, la page d’actualité Facebook ressemblait de plus en plus à une plateforme de partage d’informations, un brin déshumanisée, et de moins en moins à un réseau social au sens strict du terme. Autrement dit avec des contenus majoritairement personnels (statuts, photo ou vidéo), en baisse de 21% entre 2014 et 2015. C’est qu’aujourd’hui, les anecdotes et autres confessions intimes se partagent davantage à travers d’autres canaux: Snapchat, Instagram ou encore Periscope. Pourtant, à l’origine, le réseau Facebook, qui compte désormais 1,65 milliard d’utilisateurs, «a été créé pour établir des liens entre amis et membres d’une famille, rappelle son fondateur, Mark Zuckerberg. Et c’est toujours le principe moteur de notre fil d’information».

Recréer du lien

Soucieux de renverser la tendance, le patron de Facebook a donc décidé de faire jouer l’algorithme pour s’assurer que l’usager ne rate aucune des histoires croustillantes de ses amis. Comment? En replaçant les messages postés ou partagés par ses amis en priorité sur son fil d’actualité.

Lire aussi: Algorithmes, l’heure des comptes

Rappelons que la disparition de la timeline traditionnelle au profit d’un algorithme «personnalisé», filtré en fonction de ses intérêts, avait été largement décriée par les internautes. Si certains ont depuis migré vers d’autres plateformes, la mise à jour pourrait les pousser à réactiver leur profil. «Puisque c’est comme ça, je vais peut-être revenir», twitte @bailiemyers. «On en revient aux basiques, ce qu’était Facebook au départ comme @MarkZuckerbergF l’avait développé sur son campus», salue @barthelby1. Mais tous ne sont pas encore convaincus. «Je ne crois que ce que je vois», déclare @cyrussplash, encore dubitatif.

Les amis d’abord

Se concentrer à nouveau sur les amis et la famille? «Parce que les usagers ne sont pas encore assez focalisés sur eux-mêmes?», ironise @grammid. «Je n’utilise pas Facebook pour parler à ma famille, je l’utilise pour créer des liens avec des gens avec qui je partage davantage que mon sang», commente encore un internaute. Amis ou pas, il y a ceux que ces allers-retours incessants irritent. «Facebook a toujours été une rivière de changements et la timeline sert de cobaye», juge @Bibin_Alexander.

Place des médias réduite

Facebook étant devenu la première source d’information pour près de 44% d’Américains, certains internautes s’inquiètent, à l’inverse, d’une diminution des contenus informatifs. «Je suppose que nous devrons désormais compter sur Twitter pour fournir les informations essentielles», déplore @pnyrdr. «Les médias risquent de ne pas aimer cette mise à jour du fil d’actualité», commente encore @Fabrice12342.

Pas de panique, les contenus publiés par des pages resteront visibles, en particulier si vos amis les partagent. En revanche, la stratégie de Facebook devrait pousser les sites d’information à recourir davantage aux publications «sponsorisées». En clair, à payer pour que leurs contenus soient mis en avant sur le fil d’actualité des abonnés.

A l’heure où la concurrence des nouvelles plateformes s’accroît, ce rétropédalage suffira-t-il à garantir à Facebook sa position de leader?

Lire aussi: Facebook lance sa riposte à Periscope

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a