C'est un événement: pour la première fois dans l'histoire religieuse de la Suisse, une célébration nationale a réuni à la collégiale de Berne chrétiens, juifs et musulmans pour un vibrant appel en faveur de la paix. Les communautés religieuses du pays ont tenu à marquer leur inquiétude face à une menace de guerre en Irak, et à dénoncer toute justification religieuse d'un éventuel conflit. Si les bancs de la collégiale n'étaient pas tous occupés, l'émotion était néanmoins perceptible dans le public. Différentes personnalités ont participé à cette cérémonie, dont les conseillères fédérales Ruth Metzler et Micheline Calmy-Rey. Parmi les personnalités religieuses connues figuraient notamment Mgr Amédée Grab, président de la Conférence des évêques suisses (CES), Mgr Kurt Koch, évêque de Bâle, Thomas Wipf, président de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) et Alfred Donath, président de la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI).

Lectures des Livres saints

La cérémonie a duré une heure et a été ponctuée de prières et de lectures des Livres saints des trois religions abrahamiques. A cette occasion, la FEPS, la CES, l'Eglise catholique-chrétienne, la FSCI et la Coordination des organisations islamiques, qui ont organisé l'événement en commun, ont lu une déclaration en faveur de la paix dans le monde et en Suisse. Témoignant de leur foi commune en un Dieu miséricordieux, les représentants des diverses communautés religieuses ont notamment expliqué que ce témoignage est «inconciliable avec l'appel à la haine mutuelle et à la guerre. Légitimer une guerre par des arguments religieux émane d'une compréhension erronée de Dieu. Même à la guerre qui menace l'Irak il n'y a par conséquent pas de légitimation religieuse. Il ne devrait pas y avoir de guerre selon la volonté de Dieu.»

Les communautés religieuses ont également déclaré vouloir «maintenir la paix confessionnelle et religieuse en Suisse». «Nous nous opposons à la tentative de susciter à partir de conflits politiques des fossés de méfiance et d'inimitié entre nos communautés religieuses. Les tensions et les guerres menaçantes dans le monde nous incitent à maintenir ici en Suisse notre respect réciproque, à consolider le dialogue entre nous et à renforcer le lien de la paix.» Puis elles ont lancé une invitation aux membres des communautés à «aller les uns vers les autres dans la vie quotidienne, à l'école, au travail et à la maison, à créer des possibilités de rencontre et à cultiver l'hospitalité mutuelle».

Hier, d'autres célébrations interreligieuses ont eu lieu au niveau local, notamment à Genève, Neuchâtel et Zurich.