Chaque jeudi de l'été, «Le Temps» a adressé une lettre à un personnage public pour discuter la brûlante question de la masculinité.

Retrouvez tous les articles de cette série ici.

Cher Ueli,

Je t’ai croisé à l’assemblée des délégués de l’UDC, ce mois d'août à Brugg. Tu m’as paru en pleine forme. A bientôt 70 ans, tu pourrais être usé par la politique. Que nenni. Teint alerte, le pas énergique, on dirait le dernier arrivé au Conseil fédéral. Tu es pourtant l’aîné: douze ans de service. Quelle longévité!

Le même jour, ton parti a élu un nouveau président: Marco Chiesa. Un Tessinois qui n’a pas semblé plaire à tout le monde. Diriger l’UDC est chose ingrate, tu l’as toi-même expérimenté. Devenu président en 1996, tu t’es heurté à une certaine méfiance. Sous ta gouverne, le parti est pourtant devenu le premier du pays: douze ans de service là aussi. De nouveau, belle longévité.

Le week-end dernier, l’UDC a aussi donné ses consignes de vote pour septembre. Il a décidé de s’opposer au congé paternité. Tu étais ravi. Père de six enfants, tu as toujours loué les vertus d’une famille traditionnelle. En 2008, tu disais toi-même que «quand les mères travaillent, c’est l’Etat qui s’occupe des enfants» et que «dans la nature, le chevreuil ne s’occupe pas de ses faons». Irréfutable.

Tu ne t’étais d’ailleurs pas arrêté là. Pour que ce soit bien clair, il fallait que ce soit écrit noir sur blanc. Sous ton mentorat, Rösli Zuppiger, épouse d’un de tes collègues UDC, a écrit sur la question. Le résultat, dont tu as rédigé une préface pessimiste sur notre société: un ouvrage qui loue les bienfaits du foyer traditionnel et souligne la «plus grande proximité instinctive entre une mère et son enfant». CQFD. Si vous avez des questions, tout est dans son livre.

Mais l’histoire joue parfois de drôles de tours. La Suisse se prononce sur l’acquisition d’avions de chasse, tu connais la thématique. Le dossier actuel est né de ton échec à convaincre d’acquérir le Gripen en 2014. Pour convaincre d’acheter du neuf, tu avais pourtant tout tenté, dont cette comparaison audacieuse: «Combien d’ustensiles vieux de 30 ans avez-vous encore à la maison? Chez nous, il n’y en a plus tellement, sauf la femme qui s’occupe des tâches ménagères.» Quelques années plus tôt, tu avais aussi estimé qu'«aucune femme ne présentait encore les qualifications pour devenir cheffe de l’armée».

Et puis 2020 est arrivée. Viola Amherd dirige les troupes, la plupart des observateurs saluent son travail à ce poste et les sondages donnent son projet d’acquisition d’avions gagnant. Le congé paternité devrait en outre triompher.

Combien d’ustensiles vieux de 70 ans avez-vous encore au Conseil fédéral?

Cordialement,

Boris Busslinger