RESEAU

Un Américain pédophile sème le trouble en Roumanie

Un historien américain, qui gérait un réseau pédophile, a disparu. Les autorités tentent d'étouffer l'affaire, la population gronde, la CIA est concernée.

Depuis le 11 septembre dernier, la Roumanie est en colère. Ce jour-là, la police de Iasi (ville du nord-est) fait irruption au siège de la Fondation pour les études roumaines et arrête son directeur, Kurt Treptow, un historien américain installé sur place depuis dix ans. Motif de cette arrestation éclair: Kurt Treptow gérait un réseau de pédophiles. Au siège de la fondation, la police a confisqué une panoplie de cassettes vidéo et des photos pornographiques le mettant en scène avec des enfants roumains. Pourtant, le lendemain de cette arrestation, tout se complique: les preuves sont scellées et envoyées à Bucarest, Kurt Treptow est libéré et l'affaire est remise entre les mains du Parquet général de la capitale roumaine.

Cette affaire, qui a bouleversé la ville paisible de Iasi, semble concerner non seulement les plus hautes sphères de l'Etat, mais aussi la CIA. Qui est Kurt Treptow? Cet historien américain de 40 ans a fait de la Roumanie son pays d'adoption. Il s'y rend la première fois en 1988, à l'invitation du général Ilie Ceausescu, le frère du dictateur, qui gérait à l'époque l'Institut d'histoire et de théorie militaire. C'est ici qu'il prend contact et travaille avec Ioan Talpes. Après la chute de Ceausescu, ce dernier est nommé chef des Services roumains de renseignement pour l'étranger (SIE), poste qu'il occupera de 1990 à 1997. Aujourd'hui, il est le principal conseiller du président Ion Iliescu et le défenseur de Kurt Treptow, lequel s'est vu octroyer en 1996 la citoyenneté roumaine.

Malgré les tentatives des autorités roumaines pour étouffer l'affaire, les journalistes de Iasi insistent. Leurs enquêtes ont révélé que la fondation est installée dans un immeuble appartenant au service roumain de renseignements. Par ailleurs, l'ambassade des Etats-Unis reconnaît que Treptow a été son contact en Moldavie, à l'est de la Roumanie, et que les livres qu'il a publiés à l'étranger pour améliorer l'image du pays ont été financés par les autorités de Bucarest. Depuis cinq semaines, Kurt Treptow est introuvable. La personne la plus recherchée du pays a disparu comme par miracle. Les autorités de Bucarest s'efforcent de convaincre la population que la justice suivra son cours, mais les Roumains sont sceptiques. «Cette affaire risque d'avoir des implications majeures et devrait être traitée par des spécialistes», a affirmé l'ex-chef des services de renseignement, Ioan Talpes. Mais quelles sont les «implications majeures» de cette affaire? Et qui sont les «spécialistes»? Autant de questions sans réponse que les médias roumains ne cessent de marteler.

Publicité