Quelle image inaugurale plus emblématique que celle d'un fringant Josef Zisyadis refusant une troisième flûte au sel et un second verre de chasselas au prétexte que la semaine s'annonçait «encore longue et bien remplie»? Le conseiller national popiste et co-organisateur de la Semaine romande du goût lançait officiellement la manifestation lundi matin dans le fond d'un… trolleybus. Non qu'il tenait ainsi à apporter un soutien gustatif à la cause écologiste, mais parce que les Transports lausannois ont décidé eux de s'associer au festival des saveurs via la Ligne du goût, qui restera sans doute comme l'initiative la plus atypique de cette première édition.

Participation pas si surprenante pour Michel Joye, directeur des TL, qui citait une récente étude selon laquelle 60% des déplacements de la population suisse concernent les loisirs: «Nous pensons que le goût doit reprendre une place majeure dans le temps libre, et que les transports publics ont un rôle important à jouer dans ce but.» Aussi la Ligne du goût qui emprunte chaque matin de 9 heures à 11 heures le trajet du bus 9 se propose-t-elle d'éveiller les voyageurs au foisonnement des adresses gourmandes qui longent sa route. Dans une voiture cahotante héritée des années 30, un préposé annonce inlassablement les arrêts: Café du Centre à Lutry et son fameux saucisson vaudois en brioche, restaurant La Stella à Pully avec ses savoureux fagottini di melanzane alla pugliese, et ainsi de suite par la Passion du Vin de l'avenue d'Echallens et ses merveilles du Languedoc à découvrir, jusqu'à la confiserie Gumina à Prilly qui offre ses spécialités à la dégustation.

Ceux qui n'auront pas eu loisir, précisément, de fréquenter cette Ligne du goût pourront se rabattre sur leur ticket choc, qui arborera toute la semaine et sur l'ensemble du réseau une recette originale du grand Philippe Rochat de Crissier. Et notre promoteur du goût renonçant à une quatrième flûte et à un troisième verre de s'enfoncer un peu plus dans sa banquette de skaï: «Si tous les transports publics faisaient de même pour l'édition 2002, ce serait un fabuleux détonateur.»