Est-ce son œil, plus bleu que la moyenne? Sa taille, qui lui permet de voir plus loin? Le Suisse Yvan Rodic, en tout cas, est l'un des trois blogueurs de mode les plus réputés de l'Occident. Le New York Times cherche quelqu'un pour jeter un œil «candide et affamé» sur les défilés américains? C'est lui que le journal embauche pour tenir, sur le Net, la chronique visuelle de sa chasse aux personnalités.

Du flair. Une silhouette entre Tati et «i-D». Né à Vevey, ancien publicitaire éclair, Rodic est juste arrivé à Paris quand il commence, explique-t-il, «à photographier les gens croisés dans des fêtes». Il poste ses images sur son site*. Au départ, ses clichés sont bruts - «presque des snapshots». Son blog devient un captivant témoin de culture contemporaine, le catalogue quasi ethnographique d'une génération assoiffée de singularité. Aujourd'hui, Rodic vit de la pub placée sur son site, et de mandats pour des marques. Il navigue d'une ville à l'autre, nomade. Ses images sont plus construites. Mais leur acuité reste électrique. St. Bo.

http://facehunter.blogspot.com