Impossible de ne pas l’avoir remarqué au moins une fois, pour soi-même, ou à la table voisine: madame prend la salade, monsieur commande l’entrecôte. D’un côté, rester mince, et de l’autre, rester viril. L’explication à cet état de fait – qui tend très lentement à devenir moins systématique – est le fruit d’une certaine histoire, le produit des multiples articulations qui définissent les normes de genre. C’est ce que la journaliste française Nora Bouazzouni s’attache à développer dans son nouvel essai Steaksisme (Ed. NouriTurfu).