«Une chance pour Neuchâtel, une chance pour le journalisme.» Voilà, en substance, le message transmis hier à l'occasion de la présentation de l'Académie du journalisme et des médias (AJM) qui ouvrira ses portes en septembre 2008. Fruit d'une collaboration entre l'Université de Neuchâtel et le Centre romand de formation des journalistes (CRFJ), cette filière unique en Suisse offrira un master de type professionnel et un programme de formation continue. Elle bénéficie du soutien unanime des éditeurs, de la TSR et de la RSR.

Le lancement de l'AJM constitue une petite révolution pour la formation des journalistes. Jusqu'ici, les aspirants rédacteurs n'avaient pas le choix: ils devaient être engagés par un média pour un stage de deux ans et suivre les modules de formation du CRFJ en cours d'emploi. Cette filière non académique - qui subsistera - présente un handicap: elle n'offre pas un diplôme reconnu à même de résister à la concurrence européenne induite par la déclaration de Bologne.

L'AJM accueillera 30 étudiants par an, sélectionnés sur dossier. Un titre de bachelor (formation de base) devrait être obligatoire pour pouvoir postuler. L'enseignement reposera sur trois pôles: journalisme, technologies et management des entreprises de médias. Il laissera une place importante à la pratique (45 à 50%) avec deux stages de deux mois en entreprise et des ateliers rédactionnels. Le contenu théorique sera «à géométrie variable» afin de laisser la possibilité à chaque étudiant de mettre l'accent sur un des pôles proposés.

L'offre neuchâteloise pourrait connaître de la concurrence. L'Uni de Genève prévoit en effet de créer un master en journalisme dès la rentrée 2007. Problème: le projet est actuellement bloqué suite à un préavis négatif du conseil de l'Université.