Éditorial

Un média sans elles

ÉDITORIAL. Sur la Toile comme dans ses pages, «Le Temps» a décidé de marquer l’absence des femmes, parties défiler, ce vendredi. Voici le mode d’emploi de cette édition spéciale du 14 juin

Le vendredi 14 juin a lieu la deuxième grève des femmes de l’histoire suisse. Le Temps publie une série d’articles sur les enjeux mis en lumière par cette mobilisation.

Retrouvez tous nos articles sur la question de l'égalité.

Vous l’avez constaté, Le Temps s’est engagé en faveur de l’égalité. Elle a été l’une des causes défendues par le journal en 2018, l’année de ses 20 ans. Puis nous vous l’avons racontée dans une série d’articles, ces dernières semaines et, hier encore, dans une édition spéciale.

Lire aussi le dossier consacré à cette cause:  Le Temps a 20 ans, 02  Egalité homme-femme

La grève des femmes arrivant, et nombre de femmes dans cette rédaction ayant annoncé qu’elles défileraient ce 14 juin, l’idée d’un numéro qui vous raconterait leur absence est née.

Lire également:  Vos courriers sur la grève des femmes

Le Temps d’aujourd’hui est très particulier. C’est une édition en forme de manifeste qui veut – par une mise en scène – vous entraîner dans les coulisses d’une fabrication quotidienne.

Lire encore:  Se parer de violet pour militer

Des femmes et des hommes ont travaillé ensemble à rendre sensible, dans nos pages et sur la Toile, l’absence des femmes: celle des graphistes, des photographes, des iconographes, des correspondantes, des secrétaires de rédaction, des journalistes mais aussi des correctrices qui, quotidiennement, font ce journal.

A ce sujet, visualisez finalement notre vidéo:  La grève des femmes, 28 ans plus tard

Par des vides, par du faux texte, par des exergues, nous vous expliquerons combien de personnes travaillent à ce qu’une image ou un article soit présent dans chaque édition à cet endroit-là.

Il s’agit de signifier plutôt que de refléter mécaniquement une réalité. Ainsi, seule une partie de cette édition est corrigée, pour illustrer le fait que le service de correction ne compte qu’un correcteur pour neuf correctrices, trois personnes se mobilisant à tour de rôle chaque jour. Nous avons néanmoins encouragé les auteurs à être plus attentifs que de coutume à l’orthographe de leurs textes.

Vous trouverez aussi au fil des articles quelques signatures féminines. Il s’agit soit d’intervenantes extérieures, soit de textes ou images dont la parution ne pouvait être différée dans nos pages. Et sur la Toile, l’absence des femmes du Temps ce vendredi ne sera pas factice: nos rubriques web et réseaux sociaux vivront la grève en direct, en l’absence des femmes.

«On commence à comprendre que le féminisme n’est pas la vilaine chose que l’on désigne par le vilain mot d’antihominisme, mais bien la collaboration féconde et harmonieuse de ceux et de celles qui, parce qu’ils sont égaux et parce qu’ils sont différents, parviendront seulement ainsi à réaliser l’œuvre parfaite», écrivait Emilie Gourd, figure historique du féminisme suisse. Nous espérons que c’est bien ainsi que vous recevrez cette édition spéciale.

Publicité