L’agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière en Amérique, la NHTSA, a proposé récemment de nouvelles directives pour encourager les fabricants de smartphones à intégrer un «mode conduite» dans leurs appareils. Leur intention est de faire adopter cette mesure, qui dans le même esprit que le «mode avion», briderait certaines fonctionnalités afin de réduire les possibilités de distractions au volant. Aux Etats-Unis, le nombre d’accidents causé par la conduite inattentive due à l’usage d’un téléphone est alarmant: 3179 personnes ont été tuées et 431 000 blessées en 2014, selon la NHTSA.

Une circulation plus sûre

Apple et Google proposent déjà des technologies embarquées pour les voitures (Apple CarPlay et Android Auto), qui rendent la conduite plus sûre, notamment grâce aux technologies activées par la voix, mais aussi en permettant au conducteur de visualiser son smartphone sur l’écran de bord du véhicule, minimisant ainsi le temps qu’il passe à quitter la route des yeux.

Toutefois, la NHTSA souhaite faire encore mieux. Elle recommande de concevoir des systèmes de sécurité capables de différencier les passagers du conducteur et de désactiver pour ce dernier la possibilité de saisir du texte ou de prendre des photos ou des vidéos.

Le concept du «tiers-lieu»

Entre-temps, les constructeurs automobiles travaillent sur des voitures autonomes où toutes ces mesures n’auront plus lieu d’être. Ils les décrivent comme un «third space» ou un «tiers-lieu», terminologie utilisée par les sociologues pour décrire un endroit qui n’est ni le lieu de travail ni la maison, comme le café du coin. Selon le magazine The Verge, dans ces véhicules, «nous pourrons travailler, jouer, lire et interagir les uns avec les autres».

Fiat Chrysler vient de dévoiler un projet de mini-van intelligent et connecté, The Portal, désigné comme un «tiers-lieu». Le véhicule est doté de sièges modulables qui peuvent glisser le long du véhicule, de technologies de reconnaissance vocale et faciale permettant de personnaliser l’environnement comme l’éclairage, la musique et la vidéo et de se connecter à Internet.

La commercialisation des premières voitures autonomes est prévue pour 2020, mais elle mettra des décennies à se généraliser, selon le Financial Times.