Chronique 

Un podcast à l’oreille: des (més)aventures avec «Les Baladeurs»

Il y a ceux qui ont eu la chance de partir en vacances, et les autres. A ces derniers, notre chroniqueuse conseille de se tourner vers le podcast «Les Baladeurs». Destination? Les parois du Haut-Atlas avec la grimpeuse et écrivaine Stéphanie Bodet

Tous les quinze jours, notre chroniqueuse jette un «coup d’oreille» à la vaste planète des podcasts francophones et vous conseille un épisode en lien avec l’actualité.

Les chroniques précédentes: 

Je dois à nouveau, chaque matin, jouer les stratèges pour atteindre un wagon qui ne soit pas déjà plein. Puis, me frayer un passage entre les sacs d’écoliers qui ponctuent l’étroit couloir en lino. Ça y est! Tout ce petit monde est revenu de vacances. Peut-être que, comme eux, chère lectrice, cher lecteur, vous avez connu la douceur d’une échappée automnale. Je vous envie.

Ces quelques heures plus silencieuses au fil des rails m’ont au moins permis d’écouter, sans trop de peine, les séries audio qui patientaient dans ma liste. Et de m’évader d’une autre façon. Alors, à vous qui bientôt déplorerez que les congés de Noël tardent à venir, je ne peux que conseiller un détour par le podcast Les Baladeurs.

Lire aussi: Katherine Choong, le pied qui fait la différence

Pour être honnête, en sélectionnant l’épisode L’Appel des sommets berbères dans l’Atlas marocain, avec Stéphanie Bodet, je m’attendais à un reportage immersif. Quelque chose de brut, truffé de bruits de pas, de bruissements de feuillages, de souffle haletant après l’effort. Ce n’est pas le cas, et pourtant cela n’entache en rien l’impression d’être transporté; en l’occurrence, sur des parois ocre et rocailleuses, au rythme des paroles de la grimpeuse et écrivaine.

Tous les sens en éveil

Les premières minutes nous allouent le temps de rencontrer cette âme humble en quête de hauteurs, mais surtout de liens presque charnels à l’environnement. Ce qui a mené Stéphanie Bodet vers la montagne, c’est le rocher. Un coup de foudre pour le calcaire de ses Hautes-Alpes natales.

Lire aussi: Au Népal, la montagne comme ascenseur social

Puis, avec un phrasé délicat, la grande sportive et femme de lettres nous prend par les oreilles et nous conte son premier séjour dans le Haut-Atlas marocain, au cœur des gorges de Taghia, en quête d’une paroi longue de 800 mètres – une opportunité rare pour les grimpeurs. Mais aussi, les rencontres humaines avec des montagnards, enfants et adultes, qu’elle retrouvera d’année en année. La description est si fine que l’on humerait presque le genévrier thurifère qui compose les poutres des maisons villageoises. Les animations sonores achèvent de nous immerger un peu plus dans le paysage… Si bien que lorsqu’un jour, une sortie d’escalade se passe mal, on en a le cœur qui bat. Et je vous laisse là, avec cet insoutenable suspense. Je m’en vais goûter à d’autres aventures auditives.


«L’Appel des sommets berbères dans l’Atlas marocain», «Les Baladeurs». Sur Apple Podcasts et Spotify.

Publicité