Comme Athéna, issue de la cuisse de Jupiter, le petit veau nommé Y-35 est né mardi grâce au clonage d'une cellule prélevée sur l'oreille de son papa biologique, un taureau adulte. La technique employée par les chercheurs de l'Institut du bétail de Kagoshima, au sud du Japon, est la même que celle qui a permis à la brebis Dolly de voir le jour en Ecosse en juillet 1996. La seule différence, et c'est pourquoi il s'agit d'une première mondiale, est que le prélèvement de la cellule initiale n'a pas été fait sur un embryon ou dans l'utérus mais sur la peau à l'intérieur d'une oreille.

Le veau est né par césarienne et pèse 40 kg, soit plus que la moyenne. Une oreille n'étant pas une cuisse, le nouveau-né n'a pas hérité de la même force que la déesse grecque. Encore très faible, l'animal a cessé à plusieurs reprises de respirer et a souffert d'une forte diarrhée. Après un traitement antibiotique, sa condition est maintenant stable, selon le directeur de l'Institut, Takaharu Yoshiya. Et pour écarter les doutes qui ne manqueraient pas de planer sur la paternité du solide taureau nippon, les scientifiques ont procédé à des tests d'ADN. Le résultat a démontré que le «père» et le «fils» sont génétiquement identiques.

Le Japon a interdit depuis l'année dernière le clonage humain mais n'a pas renoncé pour autant à effectuer des recherches sur le bétail. Le Pays du Soleil levant a déjà produit huit veaux clonés depuis le 5 juillet mais quatre d'entre eux sont morts. Un rendement qui n'est pas près de séduire les éleveurs.