Aussitôt après le lancement d'une campagne d'affichage dans toute la France, la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme doit faire face à une réaction virulente de La Meute, «mouvement mixte contre la publicité sexiste» animé par la célèbre militante féministe Florence Montreynaud, qui exige le retrait de ces affiches.

«Encore une fois, écrit-elle dans une lettre ouverte à Nicolas Hulot, un morceau de corps féminin sert à des fins publicitaires. […] Vous annoncez que vous défendez la nature et l'homme (!) et vous exhibez un sein de femme nu, avec une image repoussante qui fait penser à une maladie.»

Il est vrai que l'image choisie par l'équipe de la Fondation Nicolas Hulot est violente, et peut donner lieu à toutes sortes d'interprétations, eu égard à la charge symbolique très forte du sein féminin. De ce sein aux veines bien visibles sort un liquide noir, et de fait l'image dérange fortement – mais c'était sans doute le but recherché.

Florence Montreynaud souligne à quel point «le sein féminin, à la fois nourricier et érotique, est à la fois symbole de vie et de désir. Pourquoi le choisir pour représenter une source de mort, avec cette image d'un liquide noirâtre qui l'associe aux pollutions pétrolières ravageant la faune et la flore? Avez-vous pensé que votre affiche peut faire peur aux femmes qui allaitent? Qu'elle peut traumatiser des femmes qui constatent un écoulement inquiétant de leur sein?»

Pourquoi avoir choisi cet organe féminin, demande encore La Meute, et pourquoi pas un sexe masculin dont s'écoulerait ce liquide maléfique?

La Fondation Nicolas Hulot (dont nous n'avons pas pu obtenir une réaction dimanche) a annoncé une campagne-choc lors du lancement de celle-ci, et pris le risque de choquer: «Du sein de la mère nourricière, symbole de la pureté, s'écoule un lait pollué, expliquait Nicolas Hulot. Cette image, qui sans doute vous choquera, c'est le constat de l'état d'urgence de notre planète où l'essence même de la vie est en danger. Elle n'a qu'un objectif: faire réfléchir chacun sur son rôle et sa capacité à agir de façon individuelle et collective pour inverser une tendance destructrice. Je ne veux pas être un prophète de malheur, mais je crains que dans le futur, si rien n'est fait, l'état de l'environnement, tel que nous l'avons façonné nous-mêmes, n'appelle d'autres graves désillusions.»

L'intention était bonne, évidemment, et la Fondation Hulot fait un travail de sensibilisation remarquable. Mais le choix des images-chocs provoque parfois des chocs en retour!