Tout commence avec King Kong Théorie. En mars 2018, Vanessa Deroche Imhof se rend avec son mari à l’Arsenic à Lausanne pour y voir une adaptation de l’essai féministe de Virginie Despentes. «Ça a vraiment été un coup de poing, confie-t-elle. Ça m’a fait prendre conscience de la place des femmes dans la société, de ce qu’on nous empêche de faire, ce qu’on nous inculque.»

Une prise de conscience féministe tardive pour cette femme de 47 ans, mère de deux enfants adolescents. «C’était quelque chose qui était enfoui en moi, mais je voulais rester dans les clous et je ne parvenais pas à exprimer ces revendications.»