égalité

Une soirée pour les «familles arc-en-ciel»

30 000 enfants vivraient en Suisse dans une famille dont au moins l’un des parents se considère comme lesbienne, gay, bi- ou transsexuel

«Arc-en-ciel»: se dit d’une famille «dont au moins l’un des parents se considère comme lesbienne, gay, bisexuel-le ou trans». 30 000 enfants vivraient aujourd’hui en Suisse dans un environnement familial de ce type. Renseignement pris auprès de la science, ils vont bien – autant que les autres, en tout cas, ceux qui vivent dans une géométrie familiale traditionnelle. «Depuis près de 40 ans, le développement d’enfants grandissant auprès de parents de même sexe est étudié. Les études européennes et américaines sont unanimes: les enfants de familles arc-en-ciel se développent aussi bien que ceux de familles traditionnelles», relève la brochure d’information « Familles arc-en-ciel », présentée ce mardi 28 avril lors d’une soirée publique à Genève*.

L’association faîtière Familles arc-en-ciel et le groupe Homoparents de l’association 360 organisent l’événement en collaboration avec la Ville de Genève. Celle-ci «s’engage depuis plusieurs années contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre». A travers «sa politique de la petite enfance et sa politique en matière de ressources humaines, elle s’attache à ne faire aucune distinction de traitement entre les différentes formes de familles», écrivent les conseillères administratives Esther Alder et Sandrine Salerno.

Arc-en-ciel ou monochrome, «pour pouvoir prendre leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants», toutes les familles «doivent bénéficier de chances équitables», leur fait écho la conseillère nationale démocrate-chrétienne Lucrezia Meier-Schatz, en prenant soin de placer «le bien de l’enfant au cœur des réflexions». Une table ronde sur «l’égalité et l’accueil de tous les modèles familiaux» suivra ainsi la présentation de la publication.

* Mardi 28 avril à 19h30 à la Madeleine des enfants (16, rte de la Madeleine).

Publicité