marijuana

Une tablette de chocolat au cannabis qui défonce… mais pas trop

Loin du produit pour «stoners», la marque américaine Défoncé (en français dans le texte) vise une clientèle non fumeuse à la recherche de légers effets de la marijuana. Le marché californien des produits au cannabis pourrait déjà bientôt dépasser celui de la bière

«Le Temps» propose une opération spéciale en racontant, depuis San Francisco, les innovations à venir dans les domaines scientifiques, technologiques ou culturels. Nos seize journalistes, vidéastes, photographes et dessinateur parcourent la ville, la Silicon Valley et la Californie pour découvrir les nouvelles tendances au cœur de ce laboratoire mondial de l’innovation.

Retrouvez tous nos articles de San Francisco

Tous ceux qui ont tenté l’expérience au moins une fois le savent: manger un biscuit ou tout autre produit contenant du cannabis se finit de deux manières, soit avec un effet imbécilement trop intense, soit sans aucun effet du tout. Bref, le contrôle de l’impact de la substance est pour le moins hasardeux, qu’il s’agisse de l’intensité, de la rapidité ou de la persistance des effets dans l’organisme. C’est ce problème qu’assurent résoudre les chocolats Défoncé (en français sur l’emballage), fabriqués à Oakland, de l’autre côté de la baie de San Francisco.

Le fondateur et patron de l’entreprise, Eric Eslao, a quitté ses fonctions de responsable marketing chez Apple en 2016 pour se consacrer à ce qui n’était qu’un second job au départ: la fabrication de chocolats infusés au cannabis. Son pedigree Apple se ressent immédiatement dans ses produits: des plaques de chocolat d’allure haut de gamme, au packaging sophistiqué et aux lettres dorées, sans oublier le nom français, qui sonne tellement chic aux oreilles des Américains. «Nous attachons beaucoup d’importance au détail», nous explique-t-il en nous faisant visiter sa petite usine dans laquelle planent selon les pièces des odeurs de cannelle, de myrtille et bien sûr… de chocolat.

Du médical au récréatif

Eric Eslao vendait ses chocolats uniquement dans des dispensaires médicaux californiens avant que l’Etat légalise la weed en janvier 2018. En les vendant désormais dans les cannabis shops qui fleurissent en Californie, il vise une clientèle fortunée et soucieuse de sa santé, c’est-à-dire rebutée par les effets toxiques de la fumée du joint. Le petit homme trapu a du flair: selon un article de Bloomberg, les «edibles» (produits comestibles au cannabis) pourraient peser ces prochaines années pour un peu moins de la moitié du marché du cannabis en Californie, estimé à 5,1 milliards de dollars en 2019 (soit plus que celui de la bière) par le cabinet BDS Analytics.

Son usine se fournit chez des chocolatiers belge et français. Le cannabis qu’il utilise est californien, issu de l’agriculture biologique et biodynamique. On n’en voit guère dans ses locaux encombrés de cartons: les cannabinoïdes, soit les substances psychoactives de la plante, doivent être extraits par un procédé chimique pour les rendre digestes, si bien qu’il utilise une espèce d’huile de cannabis, achetée à des producteurs, qu’il mélange à du chocolat fondu dans une cuve métallique. Les quantités de THC, le principal cannabinoïde, sont contrôlées avec une précision de chimiste. Une fois le produit achevé, chaque carré – en fait, des triangles – doit en contenir 5 milligrammes, ni plus ni moins. «Le gros problème des autres «edibles», c’est le caractère irrégulier de leur contenance en cannabinoïdes. Chacun de nos carrés de chocolat contient exactement la même quantité de THC, ce qui procure l’effet d’un, voire de deux verres de vin, pas plus.»

Chaque plaque de 100 grammes coûte une vingtaine de dollars et contient 18 triangles. La version «noir noisette» a un puissant goût de chocolat sans qu’aucune note végétale ou herbeuse ne vienne le parasiter. Un petit triangle détend en effet comme un verre de vin, guère plus. Finalement, le plus dur est peut-être de ne pas trop en manger…

Publicité