Elle a «peur pour l’avenir» de ses enfants. Il se sent «pris en otage». Elle n’est «pas à l’aise». Au bout du fil, Sabrina*, David et Mathilde*. Deux mamans et un papa romands qui choisissent leurs mots avec précaution. Comme pour ne pas arroser d’huile un feu déjà suffisamment brûlant. Même si, quelquefois, la bride saute. Forcément. L’émotion plane sur l’objet de la conversation: la vaccination des enfants et sa propension, possible, à diviser les parents unis ou séparés.