Rencontres

Vevey organise le premier speed dating pour philosophes

Un événement pour le moins surprenant est proposé par le café KyméM, à Vevey, ce week-end: le premier speed dating philosophique de Suisse romande, pour sortir des idées reçues en la matière

Existerait-il une communauté de philosophes célibataires qui nargue les sites de rencontres? La philosophie est-elle le nouveau moyen de rencontrer l’âme sœur?Eclairage d’Emilie Bruchez, membre du Club ubuesque de lecture philosophique, l’organisateur de l’événement.

Le Temps: Les philosophes romands sont-ils en manque d’amour?

Emilie Bruchez: Pas particulièrement. La preuve: dans l’équipe d’organisation, on est presque tous en couple. Mais l’événement n’est absolument pas réservé aux philosophes et rencontrer l’âme sœur n’est pas forcément le but de ce speed dating. C’est surtout le principe d’une rencontre éphémère que nous allons mettre en place.

L’idée est de s’asseoir à une table, de lancer une discussion autour du thème philosophique d’actualité proposé. Pour un speed dating classique, on donne sept minutes aux participants pour apprendre à se connaître. Nous avons décidé de leur en donner dix pour se découvrir et discuter du sujet.

Il y aura dix tables et dix thèmes de discussion, proposés sous différentes formes. Ça peut être une citation, un bout de texte ou de chanson, une image ou une photographie pour inspirer les personnes à lancer la conversation. Après une heure et demie de speed dating, les participants pourront continuer leurs discussions autour d’un brunch, c’est la spécialité du café. Ça fait aussi un petit rappel au banquet philosophique de Platon.

Il y a surtout une envie de se poser des questions et d’aller au-delà des apparences. C’est aussi un peu ça, le rôle de la philosophie

Qu’est-ce qu’un thème philosophique d’actualité?

Je ne veux pas dévoiler les thématiques à l’avance. Je vous en révèle une: fake news et vérité. Il y aura une citation philosophique sur chaque table pour alimenter un peu le débat, mais je pense qu’il y a surtout une envie de se poser des questions et d’aller au-delà des apparences. Je pense que c’est aussi un peu ça le rôle de la philosophie.

C’est une occasion de parler à des gens qui sont intéressants, enfin je l’espère, et intéressés. On espère avoir un public large: des personnes qui aiment la philosophie et connaissent certaines références, mais aussi des personnes curieuses de voir ce qu’on peut en faire ou d’autres qui veulent tout simplement avoir des discussions enrichissantes. Mais on espère surtout ne pas toucher seulement des experts en philosophie. Le but, c’est vraiment de créer un débat entre des gens avec des backgrounds très différents.

D’où vous est venue cette idée?

A la base, nous nous rencontrions déjà régulièrement avec le Club ubuesque de lecture philosophique, qui est formé d’anciens étudiants de l’Université de Lausanne.

C’est le KyméM Café qui a demandé à Ludovic Rime, un autre membre du club, s’il avait une idée d’événement philosophique qu’ils pourraient organiser. On est un club ubuesque, donc on cherchait une idée ludique et participative. Ubuesque fait référence à quelque chose d’un peu absurde, léger, surréaliste, dans l’humour. On essaie d’insuffler un équilibre entre l’humour et le sérieux de la philosophie classique. On va intégrer cette légèreté dans les inspirations données aux participants et dans notre discours en général: le format de l’événement le montre déjà. On a vraiment envie de sortir de cette image de la philosophie lourde, plombante et surtout inaccessible.


Samedi 9 mars, de 10h à 11h30 au KymèM Café, à Vevey. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Publicité