Envolés les plumes, paillettes, push-up à froufrous sertis de sequins et les ailes de Wonder Woman: les «anges» de Victoria’s Secret, dont le show en lingerie attirait en moyenne 7 millions de téléspectateur·ices annuels, sont déchus. Virage radical. Désormais, la firme qui a révélé des mannequins tels que Heidi Klum ou Gigi Hadid a annoncé se tourner vers «la diversité» et a ainsi intronisé les membres d’un «VS collective» composé de figures telles que la footballeuse américaine et militante LGBT Megan Rapinoe, Paloma Elsesser, mannequin grande taille afro-américaine et chilienne ou encore Eileen Gu, skieuse freestyle cino-américaine de 17 ans.

La marque fonde ainsi sa nouvelle rhétorique sur les différences mais aussi les compétences des femmes qui les incarnent. «Quand le monde évoluait, nous avons été trop lents à répondre», a commenté Martin Waters, le directeur général de Victoria’s Secret au New York Times.