Ce que les personnes âgées perdent en capacités physiques, elles le gagnent en liberté. Largement. Avec le grand âge, on relit sa vie et on relie les événements entre eux, on transmet, on peut encore apprendre, car, contrairement à ce qui se dit, la mémoire «augmente, elle ne s’atrophie pas» et, surtout, on est beaucoup plus créatif que le moi adulte, souvent enfermé dans des contraintes de temps et de rendements.