Thomas Stocker, Ernst Fehr, Michel Mayor, Brigitte Studer, Pierre Thomann, Laurent Keller: combien de ces noms sont-ils connus du grand public? Un? Deux? Aucun? Et pourtant, derrière chacun d'eux se profile une figure éminente de la recherche scientifique en Suisse. Mais voilà. Les prouesses intellectuelles sont peu célébrées, beaucoup moins, en tout cas, que les prouesses physiques. Et réaliser une découverte, être le premier à voir, à identifier ou à comprendre, attire beaucoup moins l'attention, à de rares exceptions près, que battre un record d'athlétisme ou marquer un but dans une grande compétition de football. SRG SSR idée suisse a entrepris de combler un tout petit peu cette lacune en consacrant un livre et une série de films à des chercheurs d'importance.

La société nationale de radiotélévision n'en est pas à son coup d'essai. Cela fait maintenant plusieurs années qu'elle a entrepris de valoriser des domaines plutôt ardus où la Suisse, pourtant, excelle. Après les séries de documentaires LiteraTour de Suisse et ArchitecTour de Suisse, l'aventure a pris une nouvelle ampleur avec la publication parallèle de films et de livres pour PHOTOsuisse et DESIGNsuisse. Elle continue cet automne avec SCIENCEsuisse, 25 portraits de scientifiques dressés au moyen du film, du texte et de la photo. Trois points de vue rassemblés dans un ouvrage à la fois très accessible et de grande qualité.

Ce travail, présenté jeudi à Berne, s'imposait. La Suisse est devenue en un peu plus d'un siècle une nation de premier plan dans le domaine du savoir. Ses hautes écoles figurent régulièrement parmi les 100, voire les 50 meilleures du monde. Et le nombre de publications spécialisées, de brevets déposés et même de Prix Nobel par habitant y atteint des sommets. Dans le même temps, l'activité scientifique élevée à ce niveau devient forcément élitaire. Et le profane peine à suivre, d'où, chez lui, une bonne dose d'incompréhension et parfois même de méfiance. Le besoin se faisait par conséquent sentir de jeter un pont entre la recherche et le grand public.

Mais le sujet est des plus larges. Le premier défi à relever a été de sélectionner 25 personnalités parmi des centaines de candidats et plus de 100 disciplines possibles. «Nous nous sommes laissés guider par l'envie d'offrir au public un aperçu de domaines de recherches aussi divers que possibles», explique le coéditeur de SCIENCEsuisse, et producteur à la Télévision suisse alémanique, Christian Eggenberger. De fait, les portraits traitent aussi bien d'histoire que de biologie, d'économie que d'astronomie.

Le second défi a été de rendre aussi accessible que possible des matières complexes. Pour ce faire, les films comme les textes ont été confiés à des journalistes (dont Olivier Dessibourg, du Temps), tandis que l'illustration a été confiée au toujours surprenant photographe alémanique Andri Pol. Le tout en collaboration avec le Fonds national suisse

«Pour moi qui viens du monde de la culture, ce travail a été une révélation, confie Christian Eggenberger. J'ai découvert des personnalités exceptionnellement ludiques et imaginatives. Et puis, j'ai été impressionné par la décision que chacun a prise un jour de consacrer sa vie à l'étude d'une seule question. Quelle passion!»

«SCIENCEsuisse», Lars Müller Publishers. Livre disponible dès le 25 octobre en librairie. La diffusion des documentaires débute sur la TSR le 16 novembre.