Vie numérique

Wikipédia, une quinceañera qui grandit wikiwiki

L’encyclopédie participative en ligne célèbre ses quinze ans le 15 janvier. Nous la fêtons en évoquant sa grandeur et sa bizarrerie

«Glorianna XII Fenwick». C’est la page qui s’affiche à l’instant sur notre écran, après qu’on ait cliqué sur le lien «Article au hasard», en haut à gauche, en dessous du logo de Wikipédia. Voyons voir. «Glorianna XII est un personnage de fiction créé par Léonard Wibberley, elle est apparue pour la première fois dans La souris qui rugissait.» Pourquoi pas. En cliquant au même endroit, on aurait pu tout aussi bien tomber sur «Frontière entre la Belgique et le Royaume-Uni» (qui «est entièrement maritime»), sur «Sacro Catino» (un plat qui passait «pour avoir été offert par la Reine de Saba à Salomon») ou sur «Cunedagius», «un roi légendaire de l’île de Bretagne».

Peu importe. Ce à quoi on voulait en venir, c’est la chose suivante: quelle que soit la page d’où on part, il semblerait qu’en cliquant sur le premier lien de l’article, puis sur le premier lien de l’article où on atterrit, et ainsi de suite, sans s’arrêter, on finit invariablement par arriver à «Philosophie». Ce mot d’origine grecque «signifie littéralement l’amour de la sagesse», nous rappelle le site lorsqu’on débarque à cet endroit: c’est forcément une bonne destination pour n’importe quelle quête… «Cela prend 23 clics en moyenne et cela marche dans 95% des cas, dans toutes les langues. Personne n’a jamais trouvé d’explication à ce fait», signale Stéphane Coillet-Matillon de Wikimedia CH, section suisse du mouvement qui donne vie à l’encyclopédie. Vérification faite, ça marche. On compte 18 clics pour se rendre de «Glorianna XII Fenwick» à «Philosophie». Si on part de «Le Gendarme (série de films)», ça va plus vite: 14 clics. Juste pour dire.

Mieux vaut ne pas imprimer

Lancée le 15 janvier 2001, Wikipédia est sur le point de fêter son quinzième anniversaire. «La fête des quinze ans est une fête traditionnelle dans le monde latino-hispanique, en particulier au Mexique, elle est communément appelée Quinceañera, ou Quince Años. On donne aussi le nom de quinceañera à la jeune fille qui célèbre cette fête», lit-on à l’article «Fête des 15 ans». La quinceañera a grandi wikiwiki– ce qui veut dire «vite» en hawaïen. Avec ses 37 millions d’articles dans près de trois cent langues, Wikipédia est incontestablement l’ouvrage le plus vaste rédigé à ce jour par l’humanité. Et ce n’est pas fini. 7 000 nouveaux articles par jour viennent s’y ajouter.

Vaste par sa taille, donc. Combien mesurerait-elle si elle était en papier? L’artiste new-yorkais Michael Mandiberg, auteur du projet Print Wikipedia, a calculé que l’impression intégrale de la version anglaise remplirait à elle seule (et sans les images) 7 473 volumes de 700 pages. Une masse textuelle dont le plasticien a livré un petit aperçu lors de l’exposition From Aaaaa! to ZZZap!, tenue dans une galerie de Manhattan en juin 2015. À cela, on ajoutera les «projets frères» de la «famille Wikimedia» tels que le Wiktionnaire multilingue ou les 25 millions d’images librement réutilisables de la plate-forme Wikimedia Commons.

WikiLove et WikiGnomes

On peut, bien sûr, râler au sujet de Wikipédia. La sous-représentation des femmes (lire LT du 30.09.2015) et du continent africain parmi les contributeurs qui participent à sa rédaction, par exemple, est un problème connu et reconnu par la fondation Wikimedia. Le comportement des membres influents de la communauté «wikipédienne» ne colle pas toujours à l’état d’esprit «WikiLove» qui est censé y régner. On peut râler, donc, mais il faut reconnaître qu’il y a très peu d’endroits où l’âge numérique a tenu avec une telle ampleur ses promesses d’un monde partageur, auto-organisé par ses utilisateurs, en expansion vers la perfection via les élans participatifs de chacun. Anecdote: «L’un des premiers articles en français concernait la pomme. Son texte: «Une pomme est un fruit» est resté ainsi pendant quatre semaines. 2 378 modifications par 1 145 contributeurs plus tard, il fait désormais 51 597 signes (6 600 mots), soit environ 11 pages au format A4», détaille Stéphane Coillet-Matillon.

Impossible, en revanche, de connaître la taille de la communauté, c’est-à-dire le nombre des auteurs qui écrivent et retouchent Wikipédia depuis quinze ans. On dénombre dans le monde 27 millions de «wikipédiens» enregistrés. Mais ceux-ci ne sont pas tous actifs et, d’un autre côté, on sait que d’innombrables internautes participent à l’effort encyclopédique sans s’enregistrer. Jusqu’en novembre 2015, le contributeur le plus acharné était Justin Knapp, résident d’Indianapolis (Etats-Unis), célèbre pour avoir effectué un million et demi d’interventions sur Wikipédia et participé à près d’un tiers des articles de la version anglaise. En novembre dernier, Knapp a été dépassé par un anonyme de Washington, D.C., qui œuvre sous le pseudonyme de Ser Amantio di Nicolao et qui se range dans la catégorie des WikiGnomes: des gens qui «adorent travailler dans l’ombre, se consacrant aux modifications mineures, dans les divers recoins de Wikipédia».

Aux frontières du réel

Pour ses contributeurs, Wikipédia est une source de plaisir, de sens, et parfois d’une addiction qu’on appelle, dans le jargon du site, «wikipédiolisme». Pour les utilisateurs qui s’y baladent en quête d’informations, le site peut être une source d’émerveillement, de stupeur, d’inspiration inopinée. La communauté wikipédienne, qui aime parfois s’imaginer comme un gigantesque jeu de rôle, est visiblement fière de la bizarrerie que renferment les méandres du site. Il suffit de consulter la liste «Articles insolites» pour le vérifier. «Ces articles sont des contributions valides à l’encyclopédie» et leurs standards de qualité «doivent être scrupuleusement respectés», mais «on ne s’attendrait pas à les trouver dans une encyclopédie plus classique».

En effet. La page anglophone «Unusual articles» contient, par exemple:
– une fabuleuse «Liste des personnes avec des noms redoublés», comprenant le bassiste anglais Jeffrey Hammond-Hammond, la joueuse de ping-pong chinoise Miao Miao et l’actrice états-unienne Evans Evans;
– une «Liste des papes sexuellement actifs», qui s’arrête en 1829;
– l’article «Quatrième Internationale posadiste», sur un courant politique méconnu, à tendance soucoupo-trotskiste, qui croyait à l’existence du socialisme sur d’autres planètes.

Ces sujets aux frontières du réel et ces listes improbables (il y a aussi une «Liste des candidats électoraux non-humains» comprenant une langouste, un ficus et un porc-épic, ainsi qu’une «Liste des personnes ayant vécu dans des aéroports») témoignent d’une des grandes réussites de Wikipédia: allier dans un seul élan l’encyclopédisme généraliste et les éruditions de niche, le bagage du savoir classique et l’immédiateté de la pop culture. Il ne faut, après tout, qu’une poignée de clics pour aller de «Dark Room Sex Game» («un jeu vidéo de sexe sans graphismes») à «Philosophie».

Deux rendez-vous:
– Le brunch pour la communauté des contributeurs et des contributrices de Suisse romande, organisé par Wikimedia CH, dimanche 17 janvier à Genève, Zurich et Lugano
– Le 1er WikiMOOC (cours en ligne) francophone pour apprendre à contribuer sur Wikipedia, 22 février-27 mars 2016. Inscriptions: https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/WMFr/86001/session01/about

 

 

Publicité