En France, c’est presque une guerre. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a même lancé le 13 octobre un Laboratoire de la République, pour combattre la «doctrine» du «wokisme» présentée comme un danger pour la jeunesse. En Suisse aussi, le néologisme pointe pour fustiger certaines mobilisations liées à l’antiracisme, l’écologie ou l’égalité des sexes, auquel on associe souvent, à tort ou à raison selon le point de vue de celui qui l’emploie, le concept de cancel culture.

Lire notre éditorial: «Wokisme», le débat derrière l’incantation

Mais d’où vient cet anglicisme? L’importance du mot woke réside surtout dans sa particularité linguistique, puisque le terme «provient de ce qu’on appelle l’AAVE: l’African-American Vernacular English, soit la langue vernaculaire pratiquée spécifiquement par les Afro-Américains aux Etats-Unis», souligne Alex Mahoudeau, docteur en sciences politiques. Le mot serait apparu à la fin du XIXe siècle, dans l’expression «Stay woke», pour «restez éveillé», avec divers usages communautaires, dont celui d’alerter sur les violences d’une Amérique alors ségrégationniste.

Retrouvez ici notre série sur la «cancel culture»

Récemment, Mame-Fatou Niang, maîtresse de conférences en littérature française à l’Université Carnegie-Mellon (Etats-Unis), rappelait son sens premier: «Dans la communauté noire des Etats-Unis, on est vraiment dans l’idée de la conscience, l’alerte même, la sensibilité que l’individu doit avoir à tout moment de son environnement car sa vie, sa survie en dépendent. Aujourd’hui, ce mot a été coopté, récupéré par la culture populaire ou le grand capital pour se diluer, se dépolitiser dans le débat public, pourtant, on ne devrait jamais oublier ce qu’il représentait à l’origine.» Car le terme a subi une étrange appropriation linguistique, d’abord transformé en slogan militant dès l’essor du mouvement Black Lives Matter, puis retourné pour décrier toute une catégorie de luttes, parfois jugées excessives et liberticides, par le biais d’un argot africain-américain.

La panique «woke»

Car dans cette nouvelle guerre d’idées, peu se qualifient de woke, comme le note Jean-Thomas Arrighi de Casanova, maître d’enseignement et de recherche en histoire contemporaine à l’Université de Neuchâtel: «La formidable propagation du mot vers l’Europe reste à écrire. J’étais aux Etats-Unis au moment de l’élection de Donald Trump, et je n’ai pas le souvenir que beaucoup de militants de gauche se revendiquaient comme woke sur les campus américains à ce moment-là. Ce qui frappe, c’est plutôt la façon dont la droite américaine s’en est emparée pour ridiculiser les supposés excès idéologiques de leurs adversaires.» Et selon lui, on retrouve la même dynamique en France, où le «wokisme» apparaît moins comme une «pensée revendiquée» que comme «un terme profondément dénigré et dénigrant», alors que l’utilisation d’un anglicisme dans un pays toujours prompt à défendre la langue française le fait sourire: «Cela permet peut-être d’orientaliser le phénomène, avec l’idée qu’il faudrait lutter contre une sorte de gangrène venue de l’extérieur. Mais je ne pense pas non plus que ce qu’il désigne est si nouveau. Aujourd’hui, être woke, c’est concilier les luttes pour la justice sociale, raciale, et de genre. Mais, en 1968, la gauche invitait déjà à la «convergence des luttes».

Lire également: Achille Mbembe: «L’inconscient raciste de la Suisse la préserve de reconnaître son rôle négatif en Afrique»

Alex Mahoudeau est en train d’achever l’écriture d’un essai sur ce qu’il nomme la «panique woke». Car celle-ci s’inscrit en réalité dans la continuité du phénomène des paniques morales déjà identifié par deux sociologues britanniques dans les années 1970. «Les paniques morales sont un moment où un ensemble d’acteurs au sein d’un groupe social se mettent à s’inquiéter du danger que feraient peser sur l’ordre social, la bienséance, la civilisation, etc., des personnes identifiées comme responsables de cette brèche, résume-t-il. Ces paniques vont apparaître et former un point d’obsession dans le débat public, parfois via les médias, mais pas toujours, et finalement disparaître, alors que la menace est toujours surreprésentée et exagérée.»

Guerres culturelles

Aujourd’hui, la panique woke cible les universités et les institutions culturelles: «Elle se base sur la dénonciation d’un groupe de personnes traitées tel un bloc homogène pour désigner un profil qui serait à la fois psychologiquement super-sensible et engoncé dans une idéologie égalitariste au point de devenir un petit tyran cherchant à tout censurer. Mais avant de parler de «wokisme», on parlait déjà d’islamo-gauchisme, et, encore avant, de politiquement correct», souligne-t-il. Ainsi, la panique morale qui avait secoué le débat public français dans les années 2010 concernait la «théorie du genre», expression alors brandie pour s’opposer aux études de genre. «Certains prétendaient qu’on enseignait l’homosexualité dans les écoles, se souvient-il. Mais il faut savoir que cette tradition de la scandalisation autour d’affaires culturelles a aussi une histoire, qui a beaucoup influencé les intellectuels et militants médiatiques aux Etats-Unis. Le journaliste et politique Pat Buchanan en avait notamment fait une doctrine, présentée lors d’une convention du Parti républicain, en 1992, selon laquelle il faut jouer une Amérique contre l’autre dans la lutte pour le pouvoir. Cette stratégie a été utilisée dans bien des domaines, mais principalement pour agiter la crainte implicite que les progressistes veulent déviriliser l’Amérique et détruire la famille traditionnelle, ou remplacer l’Amérique blanche et chrétienne par autre chose.»

Derrière la théorie «wokiste», un maelstrom effectivement venu de l’extérieur… mais en provenance de l’alt-right, la nouvelle extrême droite alternative mondialisée, comme le rappelle Simon Ridley, enseignant-chercheur en sociologie et auteur de L’Alt-right: de Berkeley à Christchurch (Ed. Le Bord de l’eau): «Les agitateurs de guerres culturelles s’entendent très bien des deux côtés de l’Atlantique. Et la théorie woke sert en réalité à dissimuler la forte croissance des mouvements d’extrême droite sur les campus américains, qui se sont structurés dès les années 1960, en réaction au mouvement des droits civiques et aux mouvements étudiants», relate-t-il.

Point de vue contraire à l’Holocauste

En 1966, Ronald Reagan est ainsi élu gouverneur de Californie en promettant de régler «le foutoir de Berkeley», présenté comme «un paradis pour sympathisants communistes, protestataires et déviants sexuels». Trois ans plus tard, il envoie la Garde nationale réprimer sans prévenir une manifestation de la jeunesse, durant laquelle meurt un étudiant. «Lorsqu’on lui a demandé, plusieurs années après, s’il referait la même chose, il a répondu ne pas craindre un nouveau bain de sang», poursuit Simon Ridley, pour qui l’Université de Berkeley reste l’épicentre des premières guerres culturelles. «Les mouvements étudiants d’extrême gauche se sont structurés sur les campus des années 1960, avant de sortir des marges et de donner naissance à la contre-culture.»

Les mouvements d’extrême droite ont fait de même, et «tentent aujourd’hui d’apparaître comme la nouvelle contre-culture», alors que «les étudiants privilégiés des campus universitaires sont une cible de premier choix pour ces groupes politiques», souligne le chercheur. La critique de l’intersectionnalité est même telle qu’un élu du Texas vient de réclamer aux enseignants de pouvoir présenter un point de vue contraire à l’Holocauste. «Le danger pour la démocratie ne me semble donc pas venir de gens éveillés aux discriminations, mais plutôt des tenants de Donald Trump qui ont récemment pris d’assaut le Capitol», note Simon Ridley. Une telle guerre culturelle pourrait-elle menacer la Suisse autour d’un débat enragé sur le «wokisme»? «Même s’il y a une sphère publique mondiale du fait des médias sociaux, ce terme a un succès divers en fonction des pays, observe Jean-Thomas Arrighi de Casanova. En France, il a résonné immédiatement dans un contexte de droitisation. En Suisse, certaines universités et administrations ont par exemple adopté l’écriture inclusive sans susciter de réactions, ce qui serait inimaginable en France.» L’éternel miracle du consensus?

Le mot «woke» en cinq dates


1938 L’expression «Stay woke» apparaît dans la chanson Scottsboro Boys, du musicien Lead Belly, qui raconte l’histoire de neuf adolescents noirs injustement accusés d’avoir violé deux femmes blanches.


1962 Dans le New York Times, le romancier noir William Melvin Kelley écrit un article prémonitoire, «If You’re Woke», dans lequel il évoque «la façon dont les Américains blancs s’approprient toujours la langue vernaculaire noire», source le média Vox.


Début des années 2010 Sur les réseaux sociaux, l’expression «Stay woke», apparaît parfois pour évoquer la vigilance à garder vis-à-vis d’un partenaire volage.


2014 Début du mouvement Black Lives Matter, après le meurtre par la police de Michael Brown. «Stay woke» devient un mot d’ordre. En 2016, le documentaire Stay Woke initie le grand public à l’expression.


2017 «Stay woke» apparaît sur des pancartes durant la Marche des femmes contre Donald Trump. Un chroniqueur du Boston Globe (Alex Beam) ironise déjà sur le terme, tandis que le Saturday Night Live parodie le mouvement progressiste résumé par l’expression «woke».