Sodom

On a tendance à l'oublier quelque peu mais, dans les années 1985 à 1990, une part non négligeable de la fertilité du metal venait d'Allemagne. On parle ici de groupes comme Kreator, Destruction, Tankard ou, bien entendu, Sodom. Ces trois jeunes hommes venaient tous de Gelsenkirchen, chef-lieu d'arrondissement en plein bassin de la Ruhr. C'est peut-être une dérive ataviste, mais on ne peut s'empêcher de voir dans cette musique absolument noire et brutale quelque chose qui a dû infuser des complexes industriels voisins. Ce que confirme une réécoute de l'un de leurs albums phares, Persecution Mania, publié en 1987 chez Steamhammer: c'est une entreprise de découpe, nette comme une chaîne de montage, profonde comme un haut-fourneau colonisé par des esprits malins, et jouissif en cela même.

Publicité