Présences électroniques Genève – ou «PEG», comme on le dit maintenant – réaffirme ses spécificités, résumées ainsi par le comité d'organisation: «Mettre en lumière, par des choix de programmation inédits, les liens qui existent entre les différentes générations de musiciens utilisant la technologie, rappelant à l'auditoire la formidable continuité entre les expériences d'un Pierre Schaeffer à la fin des années 40 et les pratiques musicales actuelles.» C'est très bien ainsi: en quelques éditions à peine, le rendez-vous genevois est parvenu à mettre en scène de beaux creusets mêlant ce que l'on a malheureusement coutume, dans le domaine électronique, à opposer: l'académique et le festif. Le tout servi par la spécialité maison: l'acousmonium, cet assemblage disloqué de haut-parleurs savamment placés dans les lieux de concerts, permettant à l'auditeur tout à la fois de se plonger dans le son et d'en saisir les éléments discrets.

Cette année encore, la composition de pointe connaîtra quelques climax, avec les prestations très attendues de Christian Zanési (BFM, sa 22), magnétiseur du Groupe de recherche musicale (GRM), et de Pierre Thoma (même lieu, même jour), qui proposera Wagòn, une œuvre dont le matériau de base consiste dans le témoignage enregistré d'un rescapé des camps. Dans un registre plus léger, et au sein d'une programmation cossue, on attirera l'attention sur les performances de Brandt Brauer Frick (toujours le 22 au BFM), qui ont gagné leurs lettres de noblesse en démontrant qu'on pouvait faire de la techno sans machines, ou de Daedelus (le même soir au Zoo), un conteur électronique comme on en fait peu.

Toutefois, s'il fallait ne retenir qu'un patronyme, ce serait celui de Matthew Herbert (ve 21 au BFM). Capable d'extraire les résultats les plus bluffants des conceptualisations les plus étranges – on parle là d'un homme qui a tout de même élevé un cochon jusqu'à la confection de saucisses pour en extraire un journal sonore consigné sur un album nommé One Pig (Accidental Records, 2011) –, le maître anglais est une personnalité éminemment surprenante.