ENDURANCE

24 Heures du Mans: le team Haberthur pourrait jouer un rôle en vue dans la Sarthe

Un garagiste vaudois qualifie ses deux Porsche 911 GT2 pour les prochaines 24 Heures du Mans

Vainqueur en 1997 de la catégorie GT2 lors des prestigieuses 24 Heures du Mans, la formation vaudoise Elf Haberthur Racing connaîtra la joie, les 6 et 7 juin prochain, de compter deux voitures engagées sur le circuit de la Sarthe. La raison en est simple, en tant que vainqueur de la dernière édition, l'équipe basée à Saint-Sulpice se voyait qualifiée d'office pour la suivante. N'entendant pas se contenter de cela, elle a inscrit une deuxième auto qui a franchi victorieusement il y a quelques jours le cap des préqualifications imposées en raison du trop grand nombre d'inscrits pour les 24 Heures.

Le team Haberthur possède deux versions différentes de la Porsche 911 GT2: un nouveau modèle, très affûté, acquis cette saison et affecté à l'équipage qualifié d'office composé des Français Jean-Luc Maury-Laribière, Eric Graham et Hervé Poulain. Et le modèle qui l'a emporté l'an dernier et qu'a réussi à qualifier le Belge Michel Neugarten qui fera équipe au Mans avec les Français David Smadja et Jean-Claude Lagniez. Anciens pilotes de rallye, les deux frères Haberthur – qui ont aussi pratiqué jadis l'endurance – n'ont pas repris le volant depuis longtemps.

Les 24 Heures du Mans se résument à trois catégories: les prototypes (par exemple les barquettes Ferrari 333 SP); les GT1, soit pratiquement – en gros et pour résumer –, des «formules» carrossées et les GT2, assez proches de la série, du moins pour ce qui est de leur carrosserie.

«La qualification de notre deuxième voiture constitue une bonne surprise, considère Olivier Haberthur (qui s'occupe de tout ce qui est technique dans le team, son frère Christian gérant l'administratif, n.d.l.r.). Parce que le niveau général est en hausse et qu'on trouve de plus en plus de teams pointus.» Pour cette édition 1998 des 24 Heures, Olivier Haberthur estime que, compte tenu des forces en présence, il sera difficile à son équipe de rééditer son exploit de l'an dernier à la régulière, notamment contre les Chrysler Viper. «Seulement, dans une épreuve de ce type, tout peut arriver. On sait ce que c'est», tempère l'ancien rallymen et hockeyeur du Forward Morges (alors en 1re ligue).

Olivier Haberthur ne cache pas que la victoire 98 en GT2 de la Porsche engagée par le garage paternel permet à l'équipe Elf Haberthur Racing d'être désormais mieux respectée et mieux écoutée autant au niveau de l'usine Porsche qu'auprès des autres équipes. «On ne peut pas dire toutefois que ça nous amène une nouvelle clientèle au garage. Même si on comprend en discutant avec nos clients qu'ils suivent nos courses de près.»

Il est vrai que les 24 Heures du Mans 98 ne verront guère de participants helvétiques. A part l'équipe Elf Haberthur Racing, seuls les pilotes Toni Seiler (chez Konrad Motorsport en GT2) et Bruno Eichmann (chez Roock Racing également en GT2) seront du voyage. Engagé avec son compère français Fabien Giroix sous les couleurs du team allemand semi-officiel Zakspeed (Porsche GT1 98), le Genevois Jean-Denis Delétraz n'a pas réussi à se qualifier.

Publicité