Devra-t-on bientôt conseiller aux gens de ne plus emmener leurs enfants à Tourbillon lors des derbies entre Sion et Servette? On peut se poser la question après les événements d'hier. Il y a eu tout d'abord le pétard qui a blessé le gardien genevois Eric Pédat et les jets d'objets divers sur le terrain, parmi lesquels un gros… manomètre. Il y a eu ensuite des insultes intolérables autour d'un terrain de football. Les supporters «grenat» ont régulièrement imité le cri du singe lorsque l'un ou l'autre des quatre joueurs noirs du FC Sion touchait le ballon. Ils ont également usé et abusé de vocables que la décence nous interdit de reproduire ici. Avant de déployer finalement une banderole avec l'inscription: «Dans les gradins nord, c'est Gay Pride toute l'année». La tribune en question étant bien sûr occupée par les supporters sédunois.

On s'en doute, les «ultras» du FC Sion ne sont pas restés en retrait, gratifiant d'abord leurs hôtes de réactions d'une rare inélégance. Puis de «baffes» en dehors du stade, une fois la partie achevée.

Dimanche, les limites de l'acceptable ont été dépassées à Tourbillon. Pourtant, plutôt que de gémir après coup sur les conséquences des actes de «quelques crétins», n'aurait-il pas été plus judicieux de les empêcher d'agir?