Swiss Olympic l'annonce clairement sur la page de garde de son site internet: la vente des billets pour les Jeux olympiques des Pékin s'est terminée fin avril. Seuls les athlètes sélectionnés pour ces grandes joutes planétaires peuvent encore espérer obtenir un précieux sésame pour leurs proches.

Espérer, c'est le mot. «Nous avons plusieurs familles d'athlètes sur liste d'attente, reconnaît Thomas Arnold, employé de Tourasia Roemer Ltd, l'un de deux tour-opérateurs officiels de Suisse. Le problème, c'est que certains athlètes viennent de se qualifier alors que la vente des tickets pour leur discipline s'est terminée au mois de janvier.»

Sur la liste d'attente figurent, par exemple, les parents de Manuela Bezzola, sélectionnée en taekwondo.

«Lorsque nous avons dû passer notre première commande auprès de Sportworld, qui fournit les comités nationaux, nous ne savions même pas que nous aurions quelqu'un de sélectionné en taekwondo, explique Werner Augsburger, chef de mission de Swiss Olympic. Nous essayons de faire notre possible pour aider les parents de Manuela, mais ce n'est pas facile.» Werner Augsburger reconnaît que le quota alloué à chaque pays est inférieur à celui d'Athènes 2004. «Parce que la demande mondiale était beaucoup plus élevée pour Pékin, précise-t-il. Je sais, par exemple, que nous ne sommes pas le seul pays à chercher encore des billets pour la natation.»

Priorité au marché chinois

Thomas Arnold reconnaît que pour certains sports, comme la natation, le tennis et le beach-volley, la demande en Suisse a dépassé l'offre.

Rappelons que 75% des 7 millions de billets disponibles étaient réservés au marché chinois. Le Bocog a d'ailleurs annoncé mercredi que pratiquement tous les billets avaient trouvé preneur. Et cela un mois avant la clôture de la dernière période de vente. Seules quelques places pour des matches de football sont encore disponibles.

La vente fut laborieuse en raison de dysfonctionnements informatiques majeurs. En novembre dernier, le système était tombé en panne en raison de l'explosion de la demande. Le Bocog avait été contraint de suspendre la vente pendant un mois.

Et pas plus tard que lundi dernier, alors que les 1,38 million de billets restants étaient mis sur le marché, l'agence officielle Chine nouvelle a annoncé que «le système avait connu une nouvelle avarie». Certaines personnes ont tenté en vain, de se procurer des billets. «Je suis allée à la Banque de Chine, l'un des points de vente traditionnels, mais près d'une centaine de personnes faisaient la queue, a raconté une étudiante à l'AFP. Je suis donc rentrée chez moi et j'ai essayé d'en acquérir par Internet. J'y ai passé quatre heures et, au final, je n'ai rien eu.» C'est au moment du paiement en ligne que le système s'est avéré défectueux. Toujours est-il que Pékin 2008 est pour ainsi dire «sold out».