Escalade

Alex Honnold tombé d’amour

Le film «Free Solo» est sorti ce mercredi dans les salles romandes. Primé aux Oscars, le documentaire dévoile la personnalité d’un athlète hors norme baigné dans un paysage spectaculaire

Une machine qui aime n’est-elle pas finalement humaine? C’est en substance le questionnement d’Elizabeth Chai Vasarhelyi et de Jimmy Chin, les réalisateurs du documentaire Free Solo, qui suit le grimpeur Alex Honnold dans l’accomplissement d’un projet que le New York Times considère comme étant, ni plus ni moins, le plus grand exploit sportif de tous les temps.

Récompensé par un Oscar en février, le film retrace les deux années de préparation qui ont mené, le 3 juin 2017, l’homme au large sourire au sommet de «Freerider», l’une des voies les plus difficiles du parc national du Yosemite, en Californie. Prouesse technique et humaine, ce documentaire parvient à tenir le public en haleine même si celui-ci connaît déjà la fin de l’histoire. Des images saisissantes servent de décor aux pérégrinations d’un personnage de 33 ans, attachant, doté de grands yeux noirs et profonds ainsi que d’un penchant marqué pour l’escalade en solo intégral.