L'Espagnol Eladio Jimenez (Banesto) a remporté la 5e étape du Tour d'Espagne, courue sur 152,3 km entre Albacete et Xorret de Cati. 3e de cette très difficile étape, le Suisse Alex Zülle a encore pris du temps à ses principaux rivaux et conforté sa première place au classement général. Le héros de la journée a néanmoins été Fabio Roscioli. L'Italien, auteur d'une longue échappée, a compté jusqu'à 12 minutes d'avance avant de s'effondrer et d'être rejoint à moins de 500 m du sommet.

Au terme de cette étape difficile, qui comprenait un col de 1re catégorie avec des rampes à 18%, le porteur du maillot du meilleur grimpeur Eladio Jimenez (24 ans), à ne pas confondre avec son homonyme et coéquipier José-Maria vite lâché hier, a devancé son compatriote Roberto Heras (Kelme) de 3 secondes et un duo composé d'Alex Zülle et de l'Italien Ivan Gotti de 9 secondes. Les autres favoris ont terminé plus loin: Jan Ullrich, Igor Gonzalez de Galdeano, Richard Virenque ou Pavel Tonkov n'ont pas pu suivre le train de Zülle dans la difficile montée. Abraham Olano, qui a encore craqué, n'a sauvé sa deuxième place au général que d'une petite seconde.

Surpris la veille dans une cassure provoquée par le vent latéral et les «bordures», Laurent Dufaux, 24e dans la roue de Fernando Escartin, et Oscar Camenzind, 26e, ont disputé une bonne étape, limitant les dégats. Performance satisfaisante également de Fabian Jeker, 31e à 1'41'' de Jimenez.

Jeudi, 6e étape entre Benidorm et Valence sur un parcours sans grande difficulté. Une étape pour les sprinters mais sans Cipollini. Super-Mario a été exclu de la course avant le départ à Albacete pour avoir frappé du poing l'Espagnol Francisco Cerezo. Il a également été suspendu par son équipe Saeco dont le manager Claudio Corti a précisé «ce qui est arrivé est loin d'une conduite digne de l'équipe». Cipollini est suspendu pour une durée indéterminée.

LT