Ceux qui pensaient qu'Alinghi n'allait pas tout montrer se trompaient. Ceux qui pensaient que le Defender - pour qui cet acte est moins déterminant que pour ses adversaires Challengers - allait uniquement jouer les observateurs se fourvoyaient. Loin d'appuyer sur la pédale des freins, les Suisses ont au contraire mis le turbo et montré qu'ils étaient encore et toujours très forts. Deux régates, deux victoires et la certitude de semer le trouble auprès de la concurrence.

La veille déjà, SUI 91 avait fait preuve de vélocité en revenant de la dernière à la quatrième place au cours du premier bord de près (vent de face). Hier, dans des conditions plus musclées, le voilier helvétique a fait l'effet d'une fusée à remonter le vent. Sur les images virtuelles de la course, il était très clair que SUI 91 parvient mieux que les autres à serrer le vent, c'est-à-dire à faire un cap plus favorable à cette allure. Alinghi a donc claqué la première manche du jour avec la plus grande aisance.

L'équipage fait la différence

La deuxième fut plus serrée, mais cette fois, ce sont les hommes de SUI 91 qui ont impressionné. «Dans cette régate qui s'est jouée dans un mouchoir de poche, l'équipage a fait un superboulot», s'est réjoui Juan Vila, le navigateur du bord. Bard Butterworth, skipper et tacticien, a lui aussi insisté sur la performance humaine: «Les régates d'aujourd'hui ont pas mal ressemblé à celle d'Auckland en 2003 avec un vent soutenu mais tordu. C'était difficile pour tous les bateaux de conserver la même position tout au long de la course. Nous avons réalisé un excellent travail d'équipe. Cela nous a sauvé la journée.»

Une journée mouvementée pour certains. Lors de la deuxième manche, alors que la flotte arrivait groupée à la première bouée, le mât du voilier allemand a percuté celui du voilier de +39 Challenge qui s'est cassé en deux. Le Défi italien a porté réclamation contre United Internet Team Germany dont le gréement a d'ailleurs aussi été endommagé, mais dans une moindre mesure. Les ennuis continuent donc pour+ 39 qui perd ce mât neuf arrivé lundi et monté à la hâte la veille de la première régate. Et vogue la galère.