«Si je vous ai réunis, c’est pour vous annoncer la fin de ma carrière. C’est un peu émouvant. C’est une décision qui a été réfléchie. Il y avait peut-être un peu de lassitude qui s’installait», a déclaré Amélie Mauresmo lors d’une conférence de presse à Issy-les-Moulineaux, avant d’éclater en sanglot.

Première joueuse française classée numéro 1 mondiale (en 2004), Amélie Mauresmo a également remporté le Masters en 2005 et décroché une médaille d’argent aux jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Sa dernière apparition sur un court remontait au 2 septembre, où elle avait été battue par la 39e mondiale la Canadienne Aleksandra Wozniak (6-4, 6-0) au deuxième tour de l’US Open.

Elle avait annoncé début octobre qu’elle mettait fin à sa saison, faisant part de ses doutes quant à une éventuelle reprise, évoquant un manque d’envie. Amélie Mauresmo, qui se retire avec le plus beau palmarès de l’ère open du tennis français hommes et femmes confondus, a remporté 25 titres sur le circuit WTA depuis ses débuts en 1993, le dernier en 2009 à l’Open de Paris.