Anja Pärson a remporté son quatrième slalom de l'hiver, à Megève, avec 34 centièmes d'avance sur l'Autrichienne Marlies Schild. Seule la deuxième épreuve de Madonna di Campiglio a échappé jusqu'à présent à l'appétit vorace de la blonde Suédoise (22 ans). Egalement lauréate du géant de Park City, Pärson fait figure d'épouvantail, tant au niveau du classement du slalom qu'au général de la Coupe du monde. Et elle s'est lancée avec un bonheur inattendu dans les disciplines de vitesse.

Tout n'a pourtant pas été si simple pour Anja Pärson: «Je ne suis pas parvenue à trouver le rythme lors de la première manche.» Seulement cinquième, à 75 centièmes de Marlies Schild, elle a bénéficié d'un peu de chance en finale. «J'étais très énervée entre les deux manches. Je me suis concentrée et j'ai à peine reconnu le second parcours.»

Les Suissesses ont manqué une nouvelle fois à leurs devoirs. Sonja Nef avait pourtant une belle carte à jouer. Dixième de la manche initiale, à tout de même 1''81 de la vainqueur, elle a vu sa course se terminer sur une plaque de glace. «C'était la seule du parcours», pestait l'Appenzelloise. Seule Suissesse à avoir inscrit des points, Marlies Oester ne pouvait se satisfaire de sa trop modeste 21e place, une nouvelle contre-performance dans sa discipline de prédilection. «Je ne sais pas ce qui se passe. Je n'en ai aucune idée. Je ne crois pas que ce soit le matériel, car j'ai le même que l'hiver dernier. Cela serait mieux que nous (ndlr: elle-même, Sonja Nef et Corina Grünenfelder) puissions nous entraîner avec d'autres équipes, pour avoir une comparaison», analysait la Bernoise. Angelo Maina peut s'inquiéter avec raison lorsqu'il pense à l'avenir.