Alors que le monde du tennis s’interroge sur la probabilité que la reprise des tournois ait lieu comme prévu mi-août aux Etats-Unis, les tournois chinois de la fin de l’automne ont déjà été annulés en raison du Covid-19. Ces mesures, qui font suite à la décision des autorités chinoises de suspendre les compétitions sportives internationales en 2020, sont un coup dur pour une discipline qui cherche à se développer dans le pays le plus peuplé du monde.

Chez les messieurs, le calendrier ATP se retrouve principalement amputé de deux épreuves phares du mois d’octobre: le tournoi ATP 500 de Pékin et le Masters 1000 de Shanghaï (l’ATP 500 de Tokyo avait déjà été annulé). D’autres tournois mineurs en septembre (Chengdu et Zhuhai) souffraient déjà de la concurrence de Roland-Garros, reprogrammé du 27 septembre au 11 octobre et qui est pour le moment maintenu.

Le coup est beaucoup plus rude pour la WTA car depuis quelques années, la Chine est devenue l’épicentre du tennis féminin et le poumon de son économie hors Grand Chelem. Sept tournois ont ainsi été annulés, ce qui signifie quasiment la fin de la saison après Roland-Garros. Parmi les annulations, le China Open à Pékin (12 au 18 octobre), l’un des plus gros tournois de la saison, ainsi que les Masters de Shenzhen (9 au 15 novembre) et les Masters bis de Zhuhai (16 au 22 novembre). Le tournoi WTA de Wuhan, première ville touchée par le nouveau coronavirus en début d’année, qui se promettait de symboliser le «retour à la normale», a lui aussi été déprogrammé.

L’US Open en danger

Les autorités du tennis n’ont pu que prendre acte des décisions des autorités chinoises. «Nous sommes extrêmement déçus que nos événements de classe mondiale ne puissent avoir lieu cette année en Chine. Nous respectons cependant la décision qui a été prise et avons hâte de revenir en Chine dès que possible pour la prochaine saison», a déclaré dans un communiqué le patron de la WTA, Steve Simon.

Lire aussi: Novak Djokovic et le mauvais exemple de l’Adria Tour

«Depuis le début de la pandémie, notre attitude a toujours été de suivre les décisions locales, a précisé de son côté le président de l’ATP, Andrea Gaudenzi. Nous respectons la décision du gouvernement chinois de faire ce qui est le mieux pour le pays face à une situation mondiale sans précédent.» Tous attendent désormais de savoir si l’US Open pourra débuter le 31 août, dans un format totalement adapté pour respecter des conditions sanitaires très strictes (test de santé à l’arrivée, pas de public, peu de médias, joueurs confinés, encadrement restreint).