Euro 2016

Antoine Griezmann brise la malédiction allemande et envoie la France en finale

Les Bleus ont enfin battu leur bête noire grâce à un doublé de l'attaquant de l'Atletico Madrid (2-0). La France affrontera le Portugal dimanche en finale

L'équipe de France est en finale de son Euro. A Marseille, les Bleus ont battu l'Allemagne grâce à deux buts d'Antoine Griezmann. L'attaquant de l'Atletico Madrid a ouvert le score sur un pénalty dans le temps additionnel de la première mi-temps, avant de récidiver en seconde mi-temps à la retombée d'un ballon mal repoussé par Manuel Neuer.

La France partira favorite dimanche en finale contre le Portugal. Si tout s'est bien enchaîné pour les Bleus dans ce match, les joueurs de Didier Deschamps n'ont pas volé leur victoire. Au fil des rencontres, le sélectionneur français a trouvé peu à peu son équipe-type, d'abord l'attaque, puis le milieu de terrain et finalement la défense, qui a parfaitement tenu le choc. 

Lire aussi: Reportage à Mâcon, au pays d’Antoine «Grignette» Griezmann

Avant le match, les pronostics étaient si serrés que chacun s'en remettait aux statistiques pour tenter d'obtenir quelques certitudes. La France n'a pas battu l'Allemagne en compétition officielle depuis 1958 mais les Bleus n'ont jamais perdu à domicile dans une phase finale (5 victoires à l'Euro 1984, 7 victoires à la Coupe du monde 1998, 4 victoires et 1 nul jusqu'ici à l'Euro 2016). Les Allemands ont éliminé neuf fois le pays organisateur depuis 1972 mais la France ne leur a jamais réussie sportivement: élimination en 8e de finale lors de la Coupe du monde 1938, élimination au premier tour lors de l'Euro 1984, élimination en quart de finale lors de la Coupe du monde 1998).

La France débute le plus fort, autour d'Antoine Griezmann, qui exprime toute sa science des appels entre les lignes. A la 7e minute, l'attaquant de l'Atletico Madrid s'infiltre, contourne la défense et tire face au but. Son plat du pied droit est bien placé, à la gauche de Manuel Neuer, mais le grand gardien allemand se détend et sauve son camp.

Pénalty surprise

La France fait alors comme si elle avait marqué. Les Bleus reculent, laissent venir l'Allemagne, défendent en zone, souvent à deux mètres de leurs adversaires. Rien de dangereux, mais le gardien Hugo Lloris doit s'employer à plusieurs reprises. Le réveil français survient dans les cinq dernières minutes. Olivier Giroud contre un renvoi de Jerome Boateng et part seul au but. Dans un tacle salvateur, Benedikt Höwedes contre le tir in extremis. On joue les arrêts de jeu et la France obtient un corner. A la lutte avec Patrice Evra, Bastian Schweinsteiger passe son bras devant l'épaule du Français. L'arbitre italien, M. Rizzoli, n'hésite: carton jaune pour le capitaine allemand et pénalty pour la France. Au ralenti, la décision de l'arbitre semble justifiée. Mais l'Allemagne aurait également pu profiter de situations semblables plus tôt dans la partie.

Antoine Griezmann le transforme (45+2, 1-0). L'Allemagne n'a toujours encaissé que des pénaltys dans cet Euro, mais elle retourne au vestiaire avec un handicap d'un but, trois joueurs avertis et une mission difficile à gérer. Certes, la France n'a jamais battu l'Allemagne, mais elle n'a jamais eu, ni en 1982, ni en 1986, ni en 2014, l'occasion de mener au score. Au micro de TF1, Didier Deschamps, s'attend à souffrir. Et le sélectionneur tricolore donne une indication: avoir reculé en première mi-temps n'était pas une consigne tactique. Ça promet!

Coup dur pour les Allemands

La défense française, bricolée au fil des forfaits et des suspensions (Deschamps a préféré reconduire le Lyonnais Samuel Umtiti plutôt que de réintégrer le Sévillan Adil Rami), peut-elle tenir un siège de 45 minutes? C'est la question qui se pose rapidement, tant la Mannschaft pousse d'entrée de seconde mi-temps. Mais le jeu long de Mats Hummels (suspendu) et le sens du jeu de Sami Khedira (blessé) font défaut. En manque de solutions offensives, les Allemands doivent remplacer leur défenseur Jerome Boateng, qui se claque sur une transversale (59e). Est-ce enfin le grand soir pour l'équipe de France?

Lire aussi: En Allemagne, les vestiges du Mur

Après vingt minutes de jeu en seconde mi-temps, l'Allemagne monopolise le ballon mais n'a toujours pas tiré au but. Joaquim Low fait sortir un défenseur (Emre Can) pour un attaquant supplémentaire, Mario Götze. L'entrée du buteur providentiel de la finale de la Coupe du monde au Brésil, peu en verve dans cet Euro, ressemble à un recours aux forces de l'irrationnel. Didier Deschamps, lui, introduit N'Golo Kanté pour Dimitri Payet et pour donner un peu d'air à son milieu de terrain (70e). L'objectif est clair: tenir.

Doublé de Griezmann

La France a toutefois le mérite de jouer les coups offensifs à fond. Paul Pogba contre Joshua Kimmich dans la surface allemande, efface Shkodran Musfafi d'un gris-gris inspiré et centre au deuxième poteau. Lobé, Manuel Neuer touche la balle, qui retombe devant le but. Antoine Griezmann est le plus prompt au rebond et marque d'une semelle anodine en apparence mais potentiellement historique pour le football français (71e 2-0).

A 2-0, que peut-il arriver à cette équipe de France? D'autant qu'un tir enroulé du gauche de Kimmich touche l'arête du but de Hugo Lloris (72e), d'autant qu'un coup-franc de Mesut Özil rase le poteau (74e). La réussite est française. L'Allemagne pousse, il ne lui manque qu'un but pour peut-être faire basculer le match mais elle ne cadre pas. C'est même Griezmann, parti seul en contre, qui est proche du triplé (86e). Le héros du match - meilleur buteur de l'Euro avec 6 buts - pouvait sortir sous les ovations du public marseillais. La France va peut-être remporter son troisième Euro (après 1984 et 2000) grâce à un joueur refusé par six centres de formation lorsqu'il était adolescent.

Publicité