Ce ne sont pas les images qui ont heurté les téléspectateurs, mais les cris. Dimanche dernier, en pleine finale pour la médaille de bronze des Championnats du monde de beach-volley, qui se déroulaient à Rome, Joana Heidrich venait de servir quand ses hurlements ont brisé la torpeur d’une chaude après-midi. Et ils ont duré, duré, duré… Alors que la réalisation est assez rapidement passée à un cadrage lointain un peu plus pudique, le son est resté sur «on».

Lire aussi: Aux Mondiaux de beach-volley, terrible épilogue pour Anouk Vergé-Dépré et Joana Heidrich

Cinq jours plus tard, sa partenaire Anouk Vergé-Dépré se demande, dans un long message posté sur les réseaux sociaux, comment l’incident a pu être aussi mal géré par les organisateurs.

Elle formule 11 questions, qui font toutes mal. Il y a celles que les téléspectateurs se sont posées: pourquoi le son, pourquoi l’attente, pourquoi la pagaille évidente autour de la joueuse? Et puis celles, pire encore, qui concernent la prise en charge de la malheureuse. Pourquoi n’y avait-il pas au sein de l’équipe médicale une personne capable de prendre la responsabilité de l’opération? De réagir face à ce que la beach-volleyeuse désigne comme «la blessure la plus commune de notre sport»? De simplement communiquer en anglais avec Joana Heidrich? Pourquoi a-t-il fallu 25 minutes pour qu’une ambulance l’emmène à l’hôpital?

Articulation gravement touchée

Anouk Vergé-Dépré précise qu’elle ne veut pas susciter «la pitié» mais qu’il n’aurait pas été correct de sa part de «rester silencieuse». Elle veut que «plus jamais une athlète n’ait à se sentir si peu en sécurité et aussi exposée sur un terrain de beach-volleyball». Selon elle, la Fédération internationale de volleyball ne va pas en rester là. «J’espère qu’à l’avenir, les organisateurs de tous les types d’événements entraîneront mieux leurs protocoles médicaux», conclut-elle.

Médaillées de bronze des Jeux olympiques de Tokyo 2020+1, Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré étaient sur le point de devenir la première paire suisse féminine à monter sur le podium des Mondiaux de beach-volley. Elles menaient 21-16 10-7 contre les Allemandes Tillmann-Müller quand l’épaule de la bloqueuse du duo a lâché. Son articulation est gravement touchée par des «dommages structurels». La durée prévue de son indisponibilité n’a pas encore été communiquée.