La main de Joe Jordan en 1977 contre le Pays de Galles, celles de Diego Maradona en 1986 contre l’Angleterre, de Vata en 1989 contre l’OM, de Stéphane Henchoz en finale de la Cup 2001 contre Arsenal, de Lionel Messi contre l’Espanyol en 2007, de Thierry Henry en 2009 contre l’Irlande, et tant d’autres. Depuis que le football est télévisé, et donc depuis que l’on peut voir, revoir, arrêter, disséquer les actions litigieuses, la faute de main est – à l’égal du hors-jeu – le cauchemar des arbitres.